recevoir le catalogue gratuit les livres classes par themes commander les videos sur chaque livre

envois manuscrits entretiens liens extraits contact mail page d'accueil

france quebec suisse belgique autres pays

commander
partie paiement par payline verisign
skype: jardindeslivres comodo ssl ev  


Recevez le Catalogue
couleurs chez vous :


catalogue gratuit


kleptocratie francaise
HRM-BUKLEPTO




Cliquez ici pour L'ENCYCLOPEDIE T1
HRM-BUENCYC1




Cliquez ici pour L'ENCYCLOPEDIE T2
HRM-BUENCYC2




Cliquez ici pour LA LEVITATION CHEZ LES MYSTIQUES
HRM-BULEVITA



genie du capitalisme
HRM-BUGENIE



Cliquez ici pour LE PRINCIPE DE LUCIFER 2
HRM-BULULU2



Cliquez ici  pour LE PRINCIPE DE LUCIFER
HRM-BULULU1




666
HRM-BUTHIERS




666
HRM-BUFJEVA




blythe masters
HRM-BUNPJ




Cliquez ici pour 777
HRM-BUWS777




Cliquez ici pour Notre-Dame de l'Apocalypse
HRM-BUAPOC




Cliquez ici pour LE MENSONGE UNIVERSEL
HRM-BUMENSONGE




Cliquez ici pour L'EXPLORATEUR
HRM-BUEXPLORAT




Cliquez ici pour ENOCH, DIALOGUES
HRM-BUENOCH1



Cliquez ici pour LES SECRETS D'ENOCH
HRM-BUSECRETS



Cliquez ici  pour LA BIOGRAPHIE DE L'ARCHANGE GABRIEL
HRM-BUGABRIEL




Cliquez ici pour LE PRETRE DU TEMPS
HRM-BUPRETRE




Cliquez ici pour ENQUETE SUR L'EXISTENCE DES ANGES GARDIENS
HRM-BUANGESG




Cliquez ici pour LES GRANDS BOULEVERSEMENTS TERRESTRES
HRM-BULESGBT



Cliquez ici pour MONDES EN COLLISION
HRM-BUMONDES




Cliquez ici pour LE DESORDRE DES SIECLES
HRM-BUDESORD



Cliquez ici pour LE CONTACT DIVIN
HRM-BUCONTACTD



Cliquez ici pour LA DIVINE CONNEXION
HRM-BUDIVINECX



Cliquez ici pour L'ETRUSQUE
HRM-BUETRUSQ




Cliquez ici pour ROME
HRM-BUROME




Cliquez ici pour JESUS LE NAZAREEN
HRM-BUNAZAR




Cliquez ici pour Sinhoue l'Egyptien
HRM-BUSINHOUE



Cliquez ici pour LE SERVITEUR DU PROPHETE
HRM-BUSERVIT




Cliquez ici pour L'ESCHOLIER DE DIEU
HRM-BUESCHOL





HRM-BUCOLOMB



HRM-BUDARWIN


Cliquez ici pour Darwin..
HRM-BUDARWIN2


Cliquez ici pour Nag Hammadi 3
HRM-BUNAG3



Cliquez ici pour Nag Hammadi 2
HRM-BUNAG2


Cliquez ici pour NAG HAMMADI
HRM-BUNAG



les Integrales


skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres
(mise en contact aux heures d'ouverture)



LA RACE DE LA GENESE

Néanmoins, en dépit de ces mystères et d'autres dont les explications nous échappent, les découvertes de ces 100 dernières années nous laissent penser que nous sommes sur le point de faire un grand pas en avant dans notre compréhension de l'histoire ancienne.

Ce début de troisième millénaire nous promet de finalement pénétrer au cœur de ces mystères qui ont semé la confusion pendant des générations. Et c'est grâce aux nouvelles technologies, aux méthodes novatrices, à l'approche pluridisciplinaire et à la nouvelle optique de chercheurs indépendants que nous pourrions bien percer les secrets de nos âges.

Mais des forces puissantes nous obligent aujourd'hui, comme elles l'ont fait dans le passé, à rester sur un status quo.

Revoir en bloc les interprétations orthodoxes de l'histoire ancienne nous servirait au mieux, en considérant d'une toute autre façon les origines de l'humanité.

En somme, nous avons besoin d'un engagement total pour découvrir la vérité, un engagement affranchi d'idées préconçues et ouvert à toute possibilité.



~ 2 ~



ORIGINES

MYSTÉRIEUSES :


DESCENDONS-NOUS

DU SINGE ?






Toute nouvelle théorie sur la genèse de la vie, de l'humanité et des civilisations commence par une interrogation : qu'est-ce qui est adéquat, le dogme traditionnel ou le dogme dominant  ? Ceux qui souscrivent à l'école de pensée de l'histoire alternative n'ont pas encore pleinement réalisé comment le darwinisme a été appliqué au développement de l'histoire et de la culture. Mais avant de s'y intéresser, nous devons d'abord voir comment est né le darwinisme.


La théorie de l'évolution de Darwin est basée sur le mécanisme de mutation – une altération accidentelle du code génétique – et sur le mécanisme de feed-back de la sélection naturelle, dont le principe repose sur la survie du plus apte, et la disparition du plus faible.

Il est intéressant de noter que le concept de l'évolution ne vient pas de la théorie de Charles Darwin, bien qu'il lui ait été attribué. Il était déjà présent depuis deux siècles quand Darwin commença à l'examiner de près. Darwin n'inventa pas d'avantage l'idée de la sélection naturelle, qui avait été observée dans tous ses détails par d'autres scientifiques étudiant l'hérédité. Cependant, c'est Darwin qui commença à mettre bout à bout ces hypothèses d'une façon plausible scientifiquement, les rassemblant en un tout cohérent, dans une œuvre volumineuse : De l'origine des espèces.

Mais la théorie de l'évolution de Darwin doit-elle encore être considérée comme une explication définitive de l'évolution de toutes les formes de vie sur Terre  ? Michael Denton, auteur de Evolution : A Theory in Crisis, regarda de près la théorie de Darwin et fit une distinction entre deux types d'évolutions : la microévolution et la macroévolution. La première inclut la sélection naturelle dans les génotypes, un processus horizontal observable dans l'élevage artificiel de plantes et d'animaux domestiques, dans le cadre des variations dans les génotypes expliqué par Darwin et dans la répartition géographique de nombreuses espèces vivantes.

Le processus de la macroévolution reflète la sélection naturelle, sous une forme accélérée. Cependant nous verrons au chapitre 3 que la sélection artificielle est vraiment très différente du processus naturel et que les résultats obtenus en peu de temps sont à l'opposé de ceux obtenus par la sélection naturelle.


Dans son livre, Denton affirme que c'est le processus de macroévolution que Darwin ne peut pas expliquer.13 La macroévolution implique la création de la première cellule d'un nouvel organisme avec un nouveau génotype ou un saut d'un génotype à un autre. Ce type de changement – un processus vertical plutôt que latéral – est le point débattu avec tant de ferveur. Le principal dogme de l'évolution indique que les espèces évoluent grâce à des mutations aléatoires, et sont le résultat de l'escalade graduelle de formes simples vers des formes complexes, et non le résultat d'un développement horizontal en de nouveaux génotypes.


Les découvertes récentes du consortium public travaillant sur le projet du génome humain ont aussi soulevé d'importantes questions à propos des théories de l'évolution darwiniennes. Bien que certaines des questions soient débattues avec beaucoup d'ardeur par la communauté scientifique, les média n'ont pas attiré l'attention du public sur les implications de ces découvertes.

Ainsi le public n'a pas encore vraiment assimilé ou analysé ce qu'elles signifient en termes d'idées dominantes et généralement reconnues ( au moins en science ) sur les origines de la vie sur Terre, en particulier sur la façon dont a évolué l'humanité.


Décrypter le code du génome humain a donné au moins deux résultats saisissants. Les scientifiques avaient précédemment pensé que des formes de vie très simples pouvaient avoir entre 500 et 2.000 gènes au maximum, alors que les humains, une des espèces les plus complexes, possédaient le plus grand nombre de gènes, peut-être entre 60.000 et 80.000, avec une estimation moyenne de 100.000 à 140.000, bien plus que toute autre espèce.

Cette prédiction, basée sur la théorie darwinienne, n'avait cependant pas été confirmée par des résultats. Depuis, le code du génome a été déchiffré, et le nombre de gènes humains s'élève à seulement 30.000 – juste un peu plus du double que celui d'une simple mouche ( la mouche du vinaigre ou drosophile en compte 13.601 ).

Le second résultat troublant donné par le consortium fut que le génome humain contient 223 gènes qui n'ont pas de prédécesseurs sur l'arbre de l'évolution génomique. On pourrait penser que 223 gènes sur 30.000 représentent un bien faible pourcentage ( 0,7% ) et que leur existence est sans importance – pas de quoi en faire un plat !

Pourtant, quand il s'agit de gènes, un nombre infime peut faire toute la différence... Par exemple, ce qui nous distingue du singe tient à seulement 300 gènes, juste 1% de différence, même si cela est difficile à accepter. En d'autres termes, les chimpanzés et les humains sont – au niveau génétique – semblables à 99%.


Pour certains, cette différence prouve clairement la théorie de l'évolution. En revanche, il est beaucoup plus difficile d'expliquer le caractère unique des humains. Que contient alors ce 1% pour nous rendre si différents des chimpanzés ?




~ Opinions dissidentes

Lors de la publication de son fameux livre en 1859, Darwin savait que sa théorie présentait des faiblesses. Qui plus est, il connaissait parfaitement son talon d'Achille : « Le nombre de variétés intermédiaires ayant auparavant existé sur terre doit être vraiment colossal. Pourquoi alors chaque formation géologique et chaque strate ne contiennent-elles pas ces liens intermédiaires  ? [ C'est là ] l'objection la plus sérieuse et la plus frappante qui puisse être soulevée à l'encontre de ma théorie ».14


Là où Darwin voulait en venir, est que la véracité de sa théorie aurait dû être soutenue par les preuves incontestables du dossier fossile, certaines pièces intermédiaires étant manquantes. Nous connaissons tous le problème du « chaînon manquant », que l'on attribue généralement au manque d'un précurseur uniquement pour l'homme moderne. Mais le problème est bien plus large et profond. En réponse à une question sur ce sujet, le regretté Louis B. Leakkey, éminent anthropologue, s'exprima ainsi : « Il n'y a pas de chaînon manquant – il y a des centaines de chaînons manquants ».15


Selon le darwinisme, les deux processus de mutation et de sélection naturelle travaillent ensemble, graduellement au fil du temps, pour changer les poissons en amphibiens, les amphibiens en reptiles, les reptiles en oiseaux, et en fin de compte les oiseaux en mammifères. La théorie prédisait que la preuve ultime ( sur la manière dont la vie s'est développée sur terre ) viendrait des témoignages fossiles. Mais à ce jour, les fouilles n'ont pas répondu à cette prédiction.


« C'est l'absence de fossiles de transition qui m'a d'abord fait douter de l'idée de changement graduel émise par Darwin » expliqua Richard Milton, un écrivain scientifique, lors d'une interview pour son livre sur le darwinisme.16 Milton était un ardent darwiniste qui passait tous ses week-ends à étudier la géologie et la paléontologie dans son Angleterre natale. Un jour, il réalisa que quelque chose n'allait pas. Il lui apparut que la réflexion prouvant le darwinisme tournait en rond, tout comme les méthodes employées pour appuyer la théorie. Il montra par exemple que les roches étaient utilisées pour dater les fossiles et les fossiles pour dater les roches.

Une fois son scepticisme naturel éveillé, il ne laissa aucune pierre lui échapper. Il devint un visiteur quasi quotidien du prestigieux Muséum d'Histoire Naturelle de Londres, où il soumit à un examen intense chaque pièce qu'avait utilisée Darwin à l'appui de sa théorie. Il examina l'évolution théorisée du cheval, de l'archaeopteryx, à moitié reptile, à moitié oiseau, du papillon poivré, des fringillidés des Galápagos, et d'autres pièces « incontestables » du puzzle darwinien. Et il trouva que les histoires supposées de leur développement ne pouvaient tenir tête à une investigation journalistique de routine.


La communauté scientifique aime présenter une image d'unité. Elle insiste sur le fait que la majorité de ses membres font partie du même train ( le darwinisme ) ou en l'occurrence du même bateau ( le Beagle ), et elle voudrait que le public pense que toutes les critiques contre le darwinisme proviennent des religieux ( les créationnistes ), persuadés que le monde a été créé par Dieu en 7 jours, comme le relate la Genèse...

En réalité, beaucoup d'éminents scientifiques, en particulier le Dr Francis Crick, co-découvreur de l'ADN en 1950, et l'astronome Fred Hoyle, ont publié des critiques de la théorie de Darwin et présenté, en contrepartie, des théories alternatives.

Ce Crick – l'homme qui a rendu possible le décodage du génome humain – présente un discours très percutant. Dans son livre Life Itself, il établit une liste de 100 questions rigoureuses auxquelles le darwinisme ne peut répondre selon lui. Il continue en présentant une théorie alternative, du nom de panspermie, que nous reverrons en détail dans le prochain chapitre.

Personne ne peut nier que le Dr Crick est un éminent scientifique, avec d'excellentes références, mais les institutions scientifiques ignorent complètement sa critique et rejettent son innovante théorie.

Crick et Hoyle ne sont en aucun cas les seuls scientifiques à s'interroger sur les fondations de l'évolution. Nombre de livres émettant une critique de la théorie ont été publiés ces dernières années, et très récemment une déclaration intitulée « Désaccord scientifique sur le darwinisme » a été signée par une centaine de scientifiques, puis présentée dans la presse pour coïncider avec la programmation sur PBS17 d'une série pro-darwinienne en sept parties au titre suffisamment approprié, Evolution.


Les scientifiques ayant signé cette déclaration venaient de divers bords  créationnistes bibliques en faisaient partie mais n'étaient pas majoritaires. L'un des énoncés du document montrait leur désaccord, adressé de façon relativement directe : « Je suis sceptique sur les affirmations qui expliquent la complexité de la vie par la capacité des mutations aléatoires et de la sélection naturelle ».18 Dans leur interrogation intellectuelle sur la théorie, les signataires poursuivaient en s'appuyant sur une proposition raisonnable et rationnelle : « Un examen attentif des preuves en faveur de la théorie darwinienne devrait être encouragé ». Mais la critique la plus virulente venait du chimiste et candidat au prix Nobel, Henry « Fritz » Schaefer, qui réprimandait les darwinistes pour « avoir adopté des types de preuves en faveur de l'évolution qu'ils n'auraient jamais acceptés en tant que scientifiques dans d'autres circonstances. »19




~ Mais que montrent les preuves ?

Le processus de macroévolution – changement d'un génotype en un autre génotype – n'a jamais été observé : personne n'a jamais vu un reptile se changer en oiseau ou une plante sans fleurs pousser subitement en donnant des fleurs.

Ainsi, pour trouver les chaînons manquants entre les reptiles et les oiseaux, ou entre les plantes sans fleurs et les plantes à fleurs, les scientifiques se sont tournés vers le témoignage des fossiles. Dans l'histoire, les formidables efforts scientifiques n'ont connu aucune interruption depuis l'époque de Darwin. Des armées de scientifiques et des darwinistes du week-end, prêts à se salir pour la cause, ont participé à des fouilles tout autour du globe dans l'idée de parvenir à un seul but : prouver que la théorie de l'évolution est valide. Cet effort prolongé et massif a fait qu'environ un quart de million de fossiles abrités par les musées du monde entier ont été réexaminés – sans qu'aucun fossile intermédiaire d'une quelconque signification ne soit retrouvé.

A lui seul, ce fait menace déjà sérieusement la théorie de Darwin. Si la vie a lentement évolué depuis des formes simples jusqu'à des formes complexes par une série de mutations en réponse à des conditions environnementales changeantes, comme l'affirme le darwinisme, il devrait alors y avoir une surabondance de formes intermédiaires. Or les témoignages fossiles ne le confirment pas. Les fossiles nous donnent une image de la vie sur Terre où des espèces nouvelles et complètement formées apparaissent comme par enchantement, demeurent ainsi pendant de longues périodes, et puis disparaissent.


Cette image est un secret que les paléontologues et les darwinistes ont gardé pour eux. Le regretté Stephen Jay Gould, paléontologue, a en fait admis que « tous les paléontologues savent que les témoignages fossiles ne contiennent rien de précieux sur les formes intermédiaires  transitions entre les groupes majeurs sont toujours abruptes. »20 Cette vérité est apparemment ce qui poussa Gould à publier sa théorie controversée d'équilibre ponctué, tentative d'expliquer pourquoi il existe des chaînons manquants et pourquoi des espèces apparaissent et disparaissent comme par magie, au lieu de suivre la lente progression par addition de petits changements prônée par Darwin.

Mais les collègues de Gould rejetèrent simplement sa théorie en disant que « la théorie de l'évolution a déjà expliqué cela »21, en dépit du fait que Darwin n'inclut rien dans son hypothèse sur les apparitions et disparitions abruptes et intermittentes.

L'un des problèmes les plus contrariants pour Darwin fut d'essayer de rendre compte de la soudaine apparition de plantes à fleurs. Toutes les plantes primitives se sont propagées et ont survécu avec succès pendant des centaines de millions d'années par reproduction asexuée. Puis, il y a environ 100 millions d'années, des plantes à fleurs ont surgi de manière inexplicable. Darwin l'évoquait comme « l'abominable problème ».


Cette apparition subite est confuse pour différentes raisons. Tout d'abord, il n'y a pas d'espèces de transition dans le dossier fossile. Or, si la théorie de Darwin est correcte, on devrait pouvoir en trouver des milliers d'exemples. Les cycadées22 et les fougères, qui existaient déjà il y a 300 millions d'années, sont des plantes primitives, sans fleurs, et que l'on trouve en abondance sous forme fossile. Les plantes donnant des fleurs n'existent que depuis 100 millions d'années et sont devenues le groupe dominant dans le monde (250.000 espèces recensées à ce jour). On en trouve aussi beaucoup sous forme fossile. Mais où sont les fossiles de plantes intermédiaires ( entre celles qui fleurissent et celles qui ne fleurissent pas ) ? Si elles ont bel et bien existé, on devrait trouver leurs fossiles en quantité.

La théorie darwinienne ne donne aucune explication sur cette absence. Les évolutionnistes, n'ignorant pas cette pénurie, ont tenté de se sortir de ce dilemme et présentent en général ces deux arguments ( dont on peut douter ) :

1 ) les témoignages fossiles sont incomplets 

2 ) les fouilles ultérieures nous révéleront ces chaînons manquants.


En plus du problème de l'absence de preuves fossiles, la théorie de Darwin n'offre aucun mécanisme qui explique pourquoi une espèce « réussie » irait lutter et investir de l'énergie en vue de nouvelles structures ( pétales, étamines, anthères, pollen, nectar ) afin d'anticiper une évolution conjointe avec des insectes venant éventuellement les polliniser.

Une telle mutation implique une intention intelligente que les darwinistes contestent – d'autant plus que si les plantes développent des fleurs par anticipation, il faudrait aussi une anticipation intelligente du même genre chez les insectes pour qu'ils puissent se transformer en abeilles et papillons pollinisateurs.


La théorie de l'évolution plaît parce que c'est une façon simple d'expliquer comment la vie a évolué sur Terre. Au premier abord ou dans l'ensemble, elle a l'air sensée. Mais comme nous venons de le voir, le fait de construire un modèle d'évolution pour des espèces particulières à partir des principes darwiniens nous révèle les lacunes ou les points faibles de l'hypothèse. Le changement brusque des plantes remet en question l'insistance de Darwin sur l'évolution en tant que processus aléatoire de mutation accidentelle. Et l'énorme dépense d'énergie requise pour qu'une plante sans fleurs performante mute en une plante à fleurs moins efficace et moins compétitive défie la loi darwinienne de la sélection naturelle.

Le darwinisme ne tient tout simplement pas compte du problème complexe de coexistence de plantes avec deux types de système reproductif extrêmement différents.


L'autre souci tient au fait que les cycadées et les fougères existent toujours, aux côtés d'une abondance de plantes à fleurs, mais que les formes supposées transitoires n'existent plus. Il n'existe aujourd'hui pas d'avantage d'espèces intermédiaires d'insectes ou d'oiseaux qui auraient évolué en même temps que les plantes à fleurs. En résumé, il n'y a aucune preuve de l'évolution conjointe de plantes à fleurs et des créatures requises pour leur reproduction.



~ Les média et le public

On en est à se demander pourquoi les média ont adopté une position pro-darwiniste. L'émission de PBS ( Evolution ) s'est avérée un fort soutien au darwinisme, bien qu'elle ait été présentée comme un documentaire équitable et impartial rendant compte des faits établis. Les producteurs omirent deux éléments critiques  : ils ne présentèrent aucune voix dissidente, ni les lacunes apparentes de la théorie de Darwin.

Interrogés, ils répondirent que le programme présentait « les faits et les résultats cumulés d'une enquête scientifique, ce qui signifie comprendre les preuves sous-jacentes concédées par les faits et les théories proposées, et rendre compte de ces domaines où la science est fiable [...] En adoptant un journalisme scientifique et solide, nous examinons les explications testées de façon empirique [...] mais nous ne parlons pas de l'ultime cause sur ''qui l'a fait'' – le monde de la religion ».23


La réponse ressemble beaucoup à la rhétorique des néo-darwinistes. En vérité, ceux qui critiquent la théorie de Darwin ne disent pas que le « thème religieux » devrait être évité. Ils soulèvent simplement d'importantes questions basées sur leurs propres recherches et sur des preuves empiriques qu'ils ont rassemblées contre la théorie de l'évolution.


Mais il semble que les darwinistes aient été plus à l'aise pour s'attaquer aux créationnistes que pour en découdre avec les sérieuses critiques émises par d'autres scientifiques ou pour répondre aux questions pointues des journalistes ne faisant aucun concession. A vrai dire, la guerre entre les évolutionnistes et les créationnistes s'est enflammée ces dix dernières années. Les créationnistes se plaisent à dépeindre leurs contradicteurs comme des intellectuels impies qui adoptent de façon dogmatique une théorie de la vie profane qu'ils ne peuvent prouver, tandis que les évolutionnistes décrivent leurs adversaires comme des fondamentalistes bibliques dogmatiques. Ces portraits n'ont mené qu'à des polémiques et à des querelles – et à une adroite diversion face aux critiques scientifiques de la théorie de Darwin.


En fait, malgré toutes ses prétentions à éviter le thème religieux, le programme télévisé Evolution avait beaucoup à dire sur Dieu et la religion, même si ce n'était pas dans une perspective de croyant. Il fut rappelé plusieurs fois au téléspectateur, par le biais d'un groupe de scientifiques, que Darwin était « dans le coup » et Dieu « hors jeu ». Mais personne n'aborda la question, à savoir si la théorie de Darwin était viable ou si elle présentait de sérieux défauts.


Entre temps, le public américain insista pour trouver un compromis. Un sondage récent montra que « 83% des personnes interrogées soutiennent l'enseignement de l'évolution ». On pourrait croire que la plupart des gens croient à la théorie de Darwin et désirent qu'elle soit enseignée à leurs enfants en tant que fait établi. Mais ce n'est pas le cas : « 71% des personnes disent que les professeurs de biologie devraient enseigner le darwinisme, tout comme les preuves scientifiques allant à l'encontre la théorie de Darwin. »24


Ceci semble être une approche raisonnable et objective. Le public ne demande pas que le créationnisme soit enseigné  simplement que des théories alternatives soient présentées en classe. Mais depuis que Darwin fait partie du programme scientifique des écoles publiques, aucun effort n'a été entrepris pour présenter des théories adverses. Il n'existe même aucun plan pour instituer une approche équitable dans le futur.

La pure vérité est que la théorie de Darwin – depuis qu'elle a été acceptée par les institutions scientifiques – a été enseignée strictement sans aucun discernement à des générations d'écoliers du monde entier. Toute autre théorie, qui aurait pu prouver sa validité même avec des faiblesses a été écartée depuis. Pourquoi alors la théorie de Darwin a-t-elle persisté ?25


Et si la réponse n'était pas dans la notion d'évolution, mais ailleurs ?



~ 3 ~



ORIGINES II :

ÉVOLUTION,

OU INTERVENTION

EXTRATERRESTRE ?






Comment la vie est-t-elle née ? L'un des paradoxes du darwinisme – si nous l'adoptons – est qu'il nous laisse seul face à la notion selon laquelle l'ordre vient du chaos, ce quelque chose ayant commencé comme événement aléatoire pour finalement s'organiser. D'après les darwinistes, les êtres humains sont le résultat d'un processus évolutif qui a commencé il y a fort longtemps dans le chaos de la soupe primordiale.

Bien des cultures humaines ont cherché à expliquer le mystère des origines de la vie par la création de mythes, où les humains sont souvent façonnés à partir de boue ( la soupe primordiale ? ). Si notre civilisation moderne s'effondrait, comme tant d'autres dans l'histoire de l'humanité, de futurs anthropologues réduiraient peut-être en bouillie nos mythes et notre théorie de l'évolution pour les reconstruire comme suit : cette ancienne civilisation perdue croyait que les hommes avaient été créés à partir d'un « mélange de boue » marécageux, notion qui est bien évidemment le produit de leur imagination primitive  selon leur entendement, ce qui avait été créé à partir de boue devint, à un certain point, un ver, qui se transforma ensuite en singe pour finalement devenir un être humain.

Certes, cette peinture du darwinisme est exagérée, mais il est vrai que Darwin n'aborda jamais la difficile question de l'origine de la vie  pour lui, c'était le domaine de la religion, et l'évolution naturelle ne présentait pas de solution à l'énigme. Les néo-darwinistes n'affirmèrent pas non plus détenir une explication. La théorie de l'évolution se contente de mutation et de sélection naturelle comme facteurs de cause dans l'ensemble de l'univers.


Quoi qu'il en soit, la théorie de l'évolution a été employée comme modèle pour expliquer tout à la fois, de l'origine du cosmos ( le Big Bang ) jusqu'au développement de l'agriculture, des civilisations et l'existence des hiérarchies sociales ( les plus riches sont les mieux placés ). Elle suppose que tout évolue à partir d'un désordre, graduellement, pas à pas vers le triomphe ultime, être le gagnant de la super-loterie de la nature.

Le projet du génome humain n'a pas facilité cette théorie, lui opposant des obstacles supplémentaires. Il a prouvé qu'il n'y a qu'un seul arbre de la vie et qu'il ne s'est développé qu'une seule fois, ce qui suggère que l'arbre a été planté – que l'intention et le dessein, et non pas le hasard, étaient en œuvre. Il abrège aussi la durée d'évolution de la vie, depuis des formes très simples jusqu'aux plus complexes via des mutations aléatoires.


Néanmoins, Fred Hoyle ne voit aucune pièce qui puisse étayer la croyance selon laquelle la vie a évolué par des mutations aléatoires : « En résumé, il n'y a pas la moindre preuve objective qui puisse soutenir l'hypothèse disant que la vie a commencé dans une soupe organique ici sur Terre. [...] La vie n'est pas apparue par hasard ».26 Il déclara un jour que l'apparition d'une nouvelle cellule à partir d'une soupe chimique inanimée ressemble à peu près à l'assemblage d'un 747 par un vent violent traversant le dépôt d'un ferrailleur ! Le mystère de l'origine de la vie s'aggrave par le fait qu'une chance de mutation et le processus de sélection naturelle n'avaient que quelques centaines de millions d'années pour accomplir ce qui est finalement un miracle, peu importe le nom que les darwinistes lui donnent. Darwin lui-même disait clairement que sa théorie était réfutable : « Si l'on pouvait démontrer l'existence d'un organe complexe qui n'aurait pas pu se former par de nombreuses petites modifications successives, ma théorie serait un échec absolu. »27


Dans un livre paru récemment, Darwin's Black Box : The Biochemical Challenge to Evolution, Michael Behe affirme que la biochimie l'a en fait déjà démontré. Nous devons garder à l'esprit qu'à l'époque de Darwin la cellule était considérée comme une vague entité et que personne ne savait quoi que ce soit en matière d'ADN. Il n'existait pas encore de technologie permettant d'entrer dans une cellule et de déterminer sa biochimie. Behe indique clairement que pour que « la théorie de Darwin soit juste, elle [ la biochimie moderne ] doit rendre compte de la structure de la vie moléculaire ».28 Et il prouve dans son livre qu'elle ne le fait pas.


Tout chercheur, quelle que soit sa position à propos de la théorie de Darwin, doit admettre que l'origine de la vie est un problème ardu qui semble impossible à expliquer statistiquement. Comme le déclara un scientifique, « La probabilité de non seulement avoir ensemble tous les bons ingrédients au même endroit, avec l'exacte dose d'énergie, mais aussi d'organiser ces ingrédients en un organisme complexe capable de se répliquer, semble extrêmement faible. »29 Sur la question du tout début de la vie, on peut diviser la communauté scientifique en « improbabilistes » tel que Francis Crick et Fred Hoyle et en « inévitabilistes ». Crick observa un jour que l'origine de la vie ressemble à « un miracle, si nombreuses les conditions qui ont dû être satisfaites pour que ça marche. »30 Mais dans son livre, Climbing Mount Improbable, Richard Dawkins contre-attaque : « A mon avis, cette vie n'est probablement pas si rare et l'origine de la vie n'était probablement pas si improbable. »31

Michael Behe soutient que la « biochimie a repoussé les limites de la théorie de Darwin. Elle l'a fait en ouvrant l'ultime boite noire, la cellule, nous donnant ainsi la possibilité de comprendre le fonctionnement de la vie. »32 Dans les processus cellulaires basiques, il observe des systèmes et des dynamiques incroyablement complexes, et cette preuve, conclut-il, réfute la théorie de Darwin de manière écrasante : les cellules n'auraient pas pu être assemblées petit à petit, de façon fragmentée sur toute durée de temps.

Afin de suivre son raisonnement jusqu'à sa conclusion, Behe nous amène au niveau microscopique, où nous pouvons voir que la théorie de l'évolution ne parvient pas à expliquer certains processus moléculaires et intracellulaires. Il examine cinq principaux phénomènes :

- la coagulation du sang 

- le système immunitaire de l'homme 

- les ensembles de fibres ramifiés 

- le transport des matériaux dans la cellule 

- et la synthèse des nucléotides, blocs de construction de l'ADN.

Dans chaque cas, il rencontre des systèmes qui sont si complexes qu'aucun chemin darwinien, graduel et progressif n'aurait pu y conduire.33 « Le résultat de cette accumulation d'efforts pour étudier la cellule – pour étudier la vie au niveau moléculaire – est un cri de ''dessein'' retentissant, net et perçant. »34 Mais son enthousiasme sur cette découverte scientifique fut nettement refroidi par la manière dont elle a été reçue : « Aucune bouteille n'a été débouchée, aucune main n'a applaudi. Au lieu de cela, un silence embarrassé et curieux a plané autour de l'absolue complexité de la cellule. »35

Nous avons rencontré cet étrange silence auparavant, lorsque d'autres scientifiques ont critiqué le darwinisme. L'institution darwiniste semble considérer comme des transfuges ceux qui osent se poser des questions sur la théorie. Mais bien qu'elle sache comment combattre les créationnistes non scientifiques, c'est une toute autre affaire quand il s'agit de réfuter ceux dont les références ne peuvent pas être facilement écartées.

Richard Milton considère cette froide réception comme un besoin humain basique de se conformer : « Puis, j'ai commencé à retrouver, un par un, de nombreux scientifiques internationaux qui avaient déjà réalisé que la théorie avait du plomb dans l'aile, mais qui ne pouvaient parler sans compromettre leur carrière et même leur emploi. »36




~ Panspermie : origines extraterrestres de la vie

Pendant que chacun se concentre sur différents phénomènes, les critiques scientifiques de l'évolution darwinienne ont toutes abouti à la même conclusion : l'origine des espèces ne se trouve pas dans la mutation aléatoire et dans la sélection naturelle. Crick, Behe et Hoyle vont plus loin, en plaidant pour une théorie basée sur un dessein intelligent.


Dans la première moitié de son livre, Life Itself : Its Origin and Nature, Crick, lauréat du prix Nobel, se consacre à démonter la théorie de Darwin et à monter pourquoi la vie ne pouvait pas être née sur Terre. Ensuite, il propose que la vie a été semée sur Terre via des spores arrivées de l'espace. Cette théorie de panspermie ( nom de ce processus ) semblait tenir de la nouveauté quand le livre est paru, mais provient d'un physicien suédois du XIXe siècle, du nom de Svante Arrhenius.

Ce qui distingue la théorie de Crick de la version originale, est sa proposition : la vie évolua sur une autre planète à un niveau technique supérieur à celui que nous avons atteint aujourd'hui. Lorsque cette civilisation extraterrestre eut atteint un certain niveau de développement, elle commença à envoyer dans l'univers des fusées contenant des spores ( formes de vie primitives similaires aux bactéries et aux virus ). Cette dissémination consciencieuse de graines de vie est appelée panspermie dirigée, et représente un mécanisme que nous pourrions aussi théoriquement employer en chargeant un module spatial de bactéries et de terreau pour l'envoyer vers une autre planète.


A la suite de Crick, Fred Hoyle – à l'origine de la théorie d'un univers stable – et son coauteur N. Chandra Wickramasinghe, employèrent la première partie de leur ouvrage Lifecloud : The Origin of Life in the Universe à prouver que cette vie n'est pas d'origine terrestre. Les preuves qu'ils présentent sont aussi solides que celles de Crick.

Après avoir établi cette origine extraterrestre de la vie, les auteurs proposent que les graines de vie ont voyagé sur des comètes qui se sont écrasées sur Terre. Cette théorie et leurs auteurs furent qualifiés de ridicules. Dans son article de la revue Nature, l'astronome Fred Whipple symbolise probablement l'opinion générale de la communauté scientifique : « Je ne suis pas impressionné mais plutôt enchanté par l'image de formes de vie se développant au chaud dans de petits réservoirs, protégés dans leurs igloos de glace du froid cruel et du presque vide, en plein espace, et tombant sur la Terre primitive à des vitesses excédant 11 km par seconde. »37


Bien que ridiculisée et rejetée, la théorie se refusa à jeter l'éponge en raison de nouvelles données d'observation et d'expérimentation réfutant aussitôt les principales objections lancées contre elle. Vingt années se sont écoulées depuis la parution des livres de Crick et de Hoyle et des première critiques  développements très intéressants ont modifié l'attitude négative à l'encontre de la panspermie.

A la fin des années 60, une bactérie ordinaire de la gorge, Streptococus mitus, fut emmenée par inadvertance sur la Lune, embarquée sur une caméra montée sur le module d'atterrissage de Surveyor 3 ! La mission Apollo 12 vint au secours de l'atterrisseur sans contaminer les conditions stériles de la bactérie, et constata que la croissance bactérienne avait survécu et était demeurée viable après plus d'une année d'exposition à des conditions extrêmement inhospitalières sur la surface de la Lune.

Cette expérimentation imprévue ouvrit accidentellement la porte à la panspermie que les darwinistes pensaient voir définitivement condamnée. On ne pensait pas que la vie soit capable de survivre aux conditions brutales de l'espace intersidéral, ni à l'extrême froid, pas plus qu'aux intenses niveaux de radiation, considérés comme les principaux obstacles empêchant la vie d'arriver sur Terre via toute excursion interstellaire.

Le fait que la bactérie ait survécu soutient l'idée que la vie aurait pu évoluer dans l'espace et que cette forme de vie avait déjà les mécanismes de défense appropriés lui permettant de s'installer sur une planète quelconque. Cette résistance et cette vigueur furent confirmées lorsqu'on découvrit qu'une autre bactérie, Deinococcus radiodurans, était... ( suite dans le livre )

HRM-BTRACEGEN



TABLE DES MATIÈRES


Introduction

1. Reconstituer notre très vieux passé

2. Origines mystérieuses : descendons-nous du singe ?

3. Origines II: évolution ou intervention extraterrestre ?

4. Le récit de la Genèse

5. La Genèse : suite

6. Les Sumériens : l'étrange tribu des têtes noires

7. Égypte: mystères dans le désert

8. La vallée de l'Indus: le peuple de l'eau

9. La mystérieuse civilisation X: les pyramides chinoises

10. Chaînon entre l'ancien Mexique et le Pérou

11. Le clash des civilisations

12. Le lac Titicaca : domicile personnel de Viracocha

13. Maîtres de la place et du temps

14. Les premiers souverains divins: mythe ou histoire ?

15. Le statu quo de l'évolution

16. L'acclimatation des plantes et la domestication des chiens

17. Métallurgie: à partir du feu

18. Le jeu des datations

19. Les périodes glaciaires

20. Les âges de l'homme: temps linéaire contre temps cyclique

21. Les cycles des catastrophes

22. La fin du monde

23. Ascendants cosmiques


19


317



Achevé d'imprimer en octobre 2006

sur les presses de la

Nouvelle Imprimerie Laballery

pour le compte des éditions

Le jardin des Livres

Boîte Postale 40704, Paris 75827 Cedex 17

Dépôt Légal : octobre 2006





1 Yahoo Daily News, 21 novembre 2001.

2 Ground-Penetrating Radar (NdT : radar pénétrant le sol.)

3 Andrew Cawthorne, « Explorers View Ruins of ''Lost City'' under Caribbean », Reuters, 2002.

4 Remotely Operated Vehicule (NdT : véhicule commandé à distance)

5 Claire Marshall, BBC News Online, 17 octobre 2000.

6 Hoda Abdel-Hamid, « City Found in the Sea », ABC News, 7 juin 2001.

7 NdT : principal fleuve de la région autonome du Xinjiang, long de 2000 km et qui traverse le désert du Taklamakan.

8 Ellen O'Brien, « Mystery of the Mummies », Philadelphia Inquirer, 15 avril 1995.

9 Communiqué de presse, Field Museum, www.sciencedaily.com.

10 Communiqué de presse du Projet Koricancha, Ambassade du Pérou, 23 mars 2001.

11 NdT: lire à ce sujet Le Désordre des siècles, d'Immanuel Velikovsky, publié en 2005 par le Jardin des Livres, Paris.

12 Gene Savoy, Vilcabamba : Lost City of the Incas (Londres : Robert Hale, 1970).

13 Michael Denton, Evolution : A Theory in Crisis (Bethesda, Md. : Adler and Adler, 1997).

14 Charles Darwin, The Origin of the Species (Londres : J. Murray, 1897).

15 Louis B. Leakey. University of Pacific, conférence de février 1967.

16 Richard Milton, Shattering the Myths of Darwinism (Rochester, Vt. : Park Street Press, 1997).

17 NdT : Public Broadcoasting System, chaîne de télévision publique américaine.

18 « A Scientific Dissent on Darwinism », The Discovery Institute, 24 septembre 2001.

19 Henry « Fritz » Schaefer, dans le communiqué de presse sur « A Scientific Dissent on Darwinism », The Discovery Institute, 24 septembre 2001.

20 Stephen Jay Gould, Wonderful Life : The Burgess Shale and the Nature of History (New York : W. W. Norton, 1989). [NdT : traduction française, La vie est belle]

21 Le consensus parmi les pairs de Gould consistait à dire que sa nouvelle théorie était déjà sous-entendue dans celle de Darwin.

22 NdT : ordre de plantes dont l'espèce la plus connue est le cycas, qui ressemble à un palmier avec un tronc court et bombé.

23 The Evolution Project/WGBH Boston, « The Evolution Controversy : Use It or Lose It », 15 juin 2001.

24 « Darwinian Theory and its Critics », Tampa Tribune, 22 octobre 2001.

25 NdT : allusion ironique à la notion de « persistance du plus apte » ( à conserver des différences individuelles favorables et à éliminer des variations nuisibles ) émise par Darwin!

26 Fred Hoyle, The Intelligent Universe (New York : Holt, Rhinehart, and Winston, 1983).

27 Charles Darwin, The Origin of Species (Harmondsworth, Middlesex, U.K. : Penguin, 1985).

28 Michael Behe, Darwin's Black Box (New York : Simon and Schuster, 1998).

29 The Planetary Society, online editorial, février 2001, www.planetary.org.

30 Francis Crick, Life Itself : Its Origin and Nature (New York : Simon and Schuster, 1981).

31 Richard Dawkins, Climbing Mount Improbable (New York : W. W. Norton, 1996).

32 Michael Behe, Darwin's Black Box.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Richard Milton, Shattering the Myths of Darwinism (Rochester, Vt. : Park Street Press, 1997).

37 Fred Whipple, « Origin of the Solar System », Nature 278.

7

V E R S I O N   S M A R T P H O N E
c l i q u e z   l e s   t é l é p h o n e s




Site sécurisé par Comodo SSL-EV pour le Jardin. Payline   HIGH SECURITY est certifiée pour VISA et Mastercard avec audits mensuels sur 259 points de sécurité.

PAR THEMES :
  Anges et anges gardiens
  Apparitions de la Vierge
  Au-delà
  Howard Bloom
  Climat
  Documents bibliques
  Economie
  Enoch
  Frontières de la mort
  Génétique
  Histoire des religions
  Oeuvres intégrales
  La Vie du Christ
  Mika Waltari
  Or - Argent
  Pierre Jovanovic
  Mysticisme
  Mythologie
  Nag Hammadi
  Réincarnation
  Romans surnaturels
  Santé
  Saints et Prières
  Sumer
  Vie après la mort
  Velikovsky
  Zillmer

  Les Nouveautés
  Vidéos YouTube
  Catalogue Gratuit
  Facebook
  Twitter



Cliquez ici pour Et si la maladie...
HRM-BUMALADIE




Cliquez ici pour Interpretation des Maladies
HRM-BUINTERPRET



Extreme Money
HRM-BUEXTREME




La crise financiere de 1789-1799
HRM-BUCRISE1789




l'or des fous
HRM-BUORDESFOUS




Cliquez ici pour Le Retour au Standard Or
HRM-BUSTANDARDOR




Cliquez ici pour Enquete loi du 3 janvier
HRM-BUTROIS1973




Cliquez ici pour L'Effondrement du Dollar et de l'Euro et comment en profiter
HRM-BUDOLLAR




Cliquez ici pour Voir Paris et Mourir
HRM-BUVOIRPARIS




Cliquez ici pour les Photos de Fatima
HRM-BUFOTOS




Cliquez ici pour Dernieres Paroles
HRM-BULDPC



Cliquez ici pour Therese Neumann
HRM-BUNEUMANN




Cliquez ici pour LE LIVRE MYSTERIEUX DE L'AU-DELA
HRM-BULIVREMYS



Cliquez ici pour A LA RECHERCHE DU JARDIN D'EDEN
HRM-BUJEDEN



Cliquez ici pour LA RACE DE LA GENESE
HRM-BURACEGEN



Cliquez ici pour HIVER COSMIQUE
HRM-BUHIVERCOS



Cliquez ici pour le Code du Parthenon
HRM-BUCODE



Cliquez ici pour LE GRAND DEREGLEMENT DU CLIMAT
HRM-BUCLIMAT




Cliquez ici pour LES PONTS
HRM-BUPONTS



Cliquez ici pour SAINT JUDE
HRM-BUJUDE




Cliquez ici pour ATHENA
HRM-BUATHENA



Cliquez ici pour DERRIERE LES PORTES DE LA LUMIERE
HRM-BUPORTES




Cliquez ici pour LA MACHINE POUR PARLER AVEC L'AU DELA
HRM-BUMACHINE




Cliquez ici pour LE DICTIONNAIRE DES ANGES
HRM-BUDICOANGE




Cliquez ici pour RAS LE BOL
HRM-BURLB



Cliquez ici pour Journees dans l'au dela...
HRM-BUJOURNEES



Cliquez ici pour SOUVENIRS DE L'AU-DELA
HRM-BUSOUV



Cliquez ici pour LA VIERGE DE L'EGYPTE
HRM-BUVIERGEGY



Cliquez ici  pour LA VIERGE DU MEXIQUE
HRM-BUVIERGMEX



Cliquez ici  pour le bloc notes
HRM-BULINGOT



les Integrales


skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres
pour mise en contact aux heures d'ouverture


Signalez ce site ou cette page à un ami ( cliquez ici )

Livraison express par Colissimo France et International.

S i t e   S é c u r i s é   p a r  :

P a y L i n e - Orange   HIGH SECURITY pour la partie e-commerce, et
C o m o d o   S S L 2 - RC4-TLS sur le Jardin des Livres et
Monext-Payline est certifié PCI DSS de VISA et Mastercard, accordée par un organisme indépendant avec audits mensuels sur 259 points de contrôles sécuritaires. Payline sécurise aussi le site d'Orange, TF1, Monnaie de Paris, PMU.

Pour nous téléphoner: (33) 01 44 09 08 78
Pour nous écrire:  

lire dans un fauteuil
payline hermes
payline orange

verisign

recevoir le catalogue

catalogue gratuit




©   E d i t i o n s   L e   J a r d i n   d e s   L i v r e s   ®   2 0 0 1   -   2 0 1 6

14   Rue de Naples,   Paris   75008   France   -   Tel: (33) 01 44 09 08 78
ouvert de 11h à 12h et de 15h à 18h du lundi au vendredi sauf jours feriés

Metro: Villiers ou Europe ou Saint Lazare

Site enregistré C.N.I.L. No 1220886
S i t e   S é c u r i s é   p a r  :
M o n e x t - P a y L i n e - O r a n g e   HIGH SECURITY pour la partie e-commerce
S S L 2   RC4-TLS1   pour le Jardin des Livres
V e r i s i g n   certifie la page Payline.
Monext-Payline est certifié VISA et Mastercard.
Conditions Générales de Vente - références et bibliographies: ndbp - auteurs

skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres mise en contact aux heures d'ouverture

instagram editions le jardin des livres

soyez informe de toutes les nouveautes     verisign     geotrust         gandi ssl

twitter jardin des livres        

le jardin des livres

03:30:06 Tuesday 29-Nov-2016

editions, jardin, livres, gillian tett, blythe masters, antal fekete, james turk, anges gardiens, newton, enoch, manuscrit, pere brune, mika waltari, melvin morse, bouflet, velikovsky, zillmer, henoch, ange gabriel, howard storm, vie apres la mort, fatima, secret, NDE, EFM, pdf gratuits, telechargement, vierge, howard bloom, jardin d'eden, fatima, kleptocratie francaise, troisieme secret de fatima, darwin, pierre jovanovic, 777, 666, dictionnaire, uriel, davidson, collins, newton, reincarnation, nag hammadi, saint jude, manuscrits de la mer morte, milik