cliquez



partie paiement par payline -orange
0144090878 sceau de verisign  


Recevez le Catalogue
couleurs chez vous :


catalogue gratuit


Cliquez ici pour L'ETRUSQUE
HRM-BUETRUSQ




Cliquez ici pour ROME
HRM-BUROME




Cliquez ici pour JESUS LE NAZAREEN
HRM-BUNAZAR




Cliquez ici pour Sinhoue l'Egyptien
HRM-BUSINHOUE



Cliquez ici pour LE SERVITEUR DU PROPHETE
HRM-BUSERVIT




Cliquez ici pour L'ESCHOLIER DE DIEU
HRM-BUESCHOL




genie du capitalisme
HRM-BUGENIE



Cliquez ici pour LE PRINCIPE DE LUCIFER 2
HRM-BULULU2



Cliquez ici  pour LE PRINCIPE DE LUCIFER
HRM-BULULU1



blythe masters
HRM-BUNPJ




Cliquez ici pour 777
HRM-BUWS777




Cliquez ici pour Notre-Dame de l'Apocalypse
HRM-BUAPOC




Cliquez ici pour LE MENSONGE UNIVERSEL
HRM-BUMENSONGE




Cliquez ici pour L'EXPLORATEUR
HRM-BUEXPLORAT




Cliquez ici pour ENOCH, DIALOGUES
HRM-BUENOCH1



Cliquez ici pour LES SECRETS D'ENOCH
HRM-BUSECRETS



Cliquez ici  pour LA BIOGRAPHIE DE L'ARCHANGE GABRIEL
HRM-BUGABRIEL




Cliquez ici pour LE PRETRE DU TEMPS
HRM-BUPRETRE




Cliquez ici pour ENQUETE SUR L'EXISTENCE DES ANGES GARDIENS
HRM-BUANGESG



Cliquez ici pour LES GRANDS BOULEVERSEMENTS TERRESTRES
HRM-BULESGBT



Cliquez ici pour MONDES EN COLLISION
HRM-BUMONDES




Cliquez ici pour LE DESORDRE DES SIECLES
HRM-BUDESORD



Cliquez ici pour LE CONTACT DIVIN
HRM-BUCONTACTD



Cliquez ici pour LA DIVINE CONNEXION
HRM-BUDIVINECX




HRM-BUCOLOMB



HRM-BUDARWIN


Cliquez ici pour Darwin..
HRM-BUDARWIN2


Cliquez ici pour Nag Hammadi 3
HRM-BUNAG3



Cliquez ici pour Nag Hammadi 2
HRM-BUNAG2


Cliquez ici pour NAG HAMMADI
HRM-BUNAG



Cliquez ici pour L'ENCYCLOPEDIE T1
HRM-BUENCYC1



Cliquez ici pour L'ENCYCLOPEDIE T2
HRM-BUENCYC2



Cliquez ici pour LA LEVITATION CHEZ LES MYSTIQUES
HRM-BULEVITA


skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres
(mise en contact aux heures d'ouverture)




HRM-BTEDEN>



Quelque temps après, mon fils Métoushèlah prit une femme pour son fils Lamek, et elle devint enceinte de lui et lui donna un fils. Et il avait un corps blanc comme la neige et rouge comme la rose, des cheveux blancs comme la laine et un beau demdema (« longue chevelure bouclée )   et pour ses yeux, quand il les ouvrait, toute la maison brillait comme le soleil... Et son père Lamek eut peur de lui et s'enfuit auprès de son père Métoushèlah, et lui dit : « J'ai engendré un fils étrange. Il n'est pas comme un humain ordinaire, sa forme est différente, il n'est pas comme nous... Il ne me semble pas qu'il soit de moi mais des anges...»


Par ces lignes débute un fragment de texte religieux qui, plus qu'aucun autre texte jamais écrit sans doute, stupéfie et donne le frisson. Le patriarche antédiluvien Énoch y exprime le sentiment de douleur et d'horreur qui accompagna la naissance miraculeuse du fils de son petit-fils Lamek. Ce passage est tiré du Livre de Noé, un écrit ancien d'origine hébraïque annexé au texte plus fameux du Livre d'Énoch, ouvrage pseudépigraphe (c'est-à-dire faussement attribué) dont les spécialistes pensent qu'il fut composé par étapes dans la première moitié du IIe siècle av. JC.

Le problème évoqué par ces lignes révélatrices semble sans ambiguïté : la femme récemment épousée par Lamek a donné naissance à un enfant qui ne montre aucune ressemblance avec ses parents immédiats et dont l'aspect est complètement différent de celui des autres « humains » puisqu'il possède une peau blanche et rougeâtre, de longs cheveux blancs, bouclés et « beaux » et des yeux qui font mystérieusement « briller toute la maison comme le soleil ». De cet aspect particulier, Lamek conclut seulement que sa femme a été infidèle parce que le bébé ressemble aux « enfants des anges » qui ne sont « pas comme nous ».

Cette conclusion de Lamek semble extraordinaire et son sujet paraît bien étrange pour avoir été inventé sans raison par un scribe religieux. En admettant un instant que ce récit rapporte un événement réel de l'histoire de l'humanité, cela signifierait que l'apparence étrange de cet enfant était celle de la progéniture des anges et qu'il devait donc être le produit de l'union d'une femme mortelle avec un « messager » divin, une « intelligence céleste » au service de Dieu lui-même. C'est assurément impossible puisque selon la tradition judéo-chrétienne, les anges sont incorporels et n'ont ni forme ni substance. Ils sont certainement incapables de se reproduire par immaculée conception. Dès lors, l'histoire de la naissance de l'étrange fils de Lamek est en contradiction directe avec les enseignements rabbiniques du judaïsme et avec le credo de la foi chrétienne. Et pourtant, ce texte existe bel et bien et contient, comme chacun peut le vérifier, ces mots hérétiques indiquant que des êtres angéliques étaient capables de produire des enfants en frayant avec des femmes mortelles.

Pour qui a l'esprit ouvert, cette énigme est déroutante  et le mystère s'épaissit encore avec une description plus personnelle de la naissance du fils de Lamek, que l'on trouve dans un fragment mal conservé de texte religieux découvert en 1947, avec de nombreux autres manuscrits enroulés et friables, dans une grotte surplombant la mer Morte. Cet ouvrage unique, que les spécialistes appellent l'Apocryphe de la Genèse, est écrit en araméen, langue syriaque adoptée par les scribes hébreux après l'exil des Juifs à Babylone au cours du VIe siècle après JC. Le manuscrit en question, qui remonte à une époque voisine de celle du Livre d'Énoch, aurait contenu originellement une autre version, plus complète, des événements dont traite le Livre de la Genèse  cependant si dégradé quand il fut retrouvé qu'il n'en subsiste que les parties concernant la naissance du fils de Lamek, le récit de l'arche de Noé et du Déluge ainsi que les errances du patriarche Abraham.

Ce texte fragmentaire fut traduit par Nahman Avigad et Yigael Yadin en 1954 et publié deux ans après sous le titre Un apocryphe de la Genèse par l'Université hébraïque de Jérusalem Concernant la naissance étrange du fils de Lamek, le récit diffère principalement du Livre d'Énoch en ce que le narrateur n'y est plus Énoch mais Lamek lui-même qui décrit la situation avec ses propres mots. La narration débute juste après la naissance étrange, au moment où Lamek commence à exprimer ses soupçons sur l'infidélité présumée de sa femme, nommée ici Bathenosh – et présentée également comme sa sœur :

Voilà que je pensai alors en mon cœur que la conception était [due] aux Veilleurs et aux Saints... et aux Néphilim... et mon cœur se troubla en moi à cause de cet enfant

À sa femme visiblement bouleversée, Lamek fait jurer par le Très-Haut qu'elle lui dira la vérité et qu'elle reconnaîtra si elle a couché avec un autre. En réponse, elle le supplie de croire en sa parole :

Ô mon seigneur, ô mon [frère, rappelle-toi] mon plaisir ! Je te jure par le Grand Saint, le roi des [cieux]... que cette semence est la tienne et que [cette] conception est de toi. Ce fruit a été planté par toi... et par aucun étranger ni Veilleur ni Fils du Ciel... Je te parle sincèrement. Il est clair que Lamek accuse sa femme, non d'avoir couché avec des anges en général mais d'avoir eu des relations avec une race particulière d'êtres divins nommés en hébreu ‘îrin ( ריע , ‘îr au singulier), un terme signifiant « ceux qui veillent » ou « ceux qui sont éveillés » et traduit en grec par Έγρήγοροι egregoris ou grigori qui signifie « veilleurs ». Ces Veilleurs apparaissent principalement dans les ouvrages pseudépigraphes et apocryphes d'origine juive tels que le Livre d'Énoch et le Livre des Jubilés. La tradition hébraïque donne à leurs enfants le nom de, nephilim, mot hébreu signifiant « ceux qui sont tombés » ou « les tombés » et traduit en grec par γιγάντες, gigantes ou « géants » – une race monstrueuse dont parle l'auteur grec Hésiode (v. 907 av. JC.) dans sa Théogonie. Cet ancien ouvrage grec décrit principalement, comme le récit biblique, la création du monde, l'émergence et la chute d'un Âge d'Or, la venue des races de géants et pour finir un déluge universel.

Le touchant plaidoyer d'innocence qu'adresse Bathenosh à son époux et frère Lamek paraît des plus convaincants et donne à croire que cet antique récit pourrait contenir une parcelle de vérité. Il se pourrait qu'il repose tout simplement, d'une certaine façon, sur un événement réel survenu dans le passé de l'humanité. Qui étaient ou qu'étaient donc, si c'est le cas, ces Veilleurs et Néphilim susceptibles de coucher avec des mortelles et de produire des enfants reconnaissables à leurs simples traits ? Existe-t-il des raisons quelconques de penser que ces récits apocryphes évoquaient le croisement entre deux races différentes d'êtres humains, dont l'une aurait été identifiée par erreur aux anges du ciel ? Le Livre d'Énoch semble fournir une réponse. Lamek, que sa situation inquiète, consulte son père Métoushèlah qui, incapable d'y remédier, s'en va voir son propre père Énoch qui vit désormais, retiré du monde, « parmi les anges ». Metoushélah finit par retrouver Énoch dans un pays éloigné (que l'Apocryphe de la Genèse désigne du nom de « Parwaïn » ou Paradis) et lui rapporte les angoisses de son fils Lamek  Énoch le juste apporte la lumière sur la situation :
« J'ai déjà vu cela en vision et te l'ai fait connaître. Car au temps de mon père Jared, ils transgressèrent la parole du Seigneur, (c'est-à-dire) la loi du ciel. Et voilà qu'ils commettent le péché et transgressent les commandements  commettent le péché avec elles  (des femmes) parmi elles et en ont eu des enfants... Sur la terre ils donneront naissance à des géants, non d'esprit mais de chair. Il y aura une grande calamité... et la terre sera nettoyée (par un « déluge ») de toute la corruption. Or donc, fais savoir à ton fils Lamek que son fils est juste, et que son nom soit Noé car c'est ce qui restera de vous  la corruption qui viendra sur la terre... »


Le voile se lève donc enfin et le lecteur du Livre d'Énoch apprend ainsi que certains anges du ciel ont succombé au péché de chair et ont pris femme parmi les mortelles. De ces unions impies sont issus des rejetons de chair et de sang dotés d'une stature de géant et conformes, semblerait-il, à la description de l'enfant de Bathenosh. Cette violation des lois célestes de Dieu était considérée comme une abomination porteuse de maux et de corruptions pour la race humaine, et dont la sanction serait un déluge destiné à laver le monde de son infamie.


Les théologiens considèrent en général que les récits très répandus sur des anges déchus qui auraient cohabité avec des mortelles, tels ceux qui figurent dans le Livre d'Énoch, l'Apocryphe de la Genèse et des textes analogues, ne seraient que des développements littéraires de trois versets du chapitre 6 du Livre de la Genèse, qui sont enserrés entre une liste généalogique des patriarches antédiluviens et un compte rendu sommaire sur l'Arche de Noé et l'arrivée du Déluge. Les versets 1 et 2 sont gravés dans ma mémoire de façon indélébile :

Et il arriva, quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la surface du sol et que des filles leur furent nées, que les fils de Dieu virent les filles des hommes et qu'elles étaient belles  de leur choix

Le terme « fils de Dieu » désigne ici les anges du ciel, bien que la traduction correcte du texte original hébreu 1501;יחלאינב , bene ha-elohim, soit en fait « fils des dieux », une perspective bien plus déconcertante sur laquelle nous reviendrons. Au verset 3, Dieu déclare de façon inattendue que son esprit ne peut demeurer à jamais dans les hommes et que, puisque l'humanité est une création de chair, sa durée de vie sera ramenée à « 120 ans ». Mais au verset 4 le texte relance brusquement le thème initial du chapitre :

Les Néphilim étaient sur la terre en ces temps-là et aussi après, quand les fils de Dieu vinrent trouver les filles des hommes et leur donnèrent des enfants : c'étaient les hommes puissants d'autrefois, les hommes de renom.



J'ai lu ces mots à voix haute des centaines de fois, toujours me demandant : que peuvent-ils bien signifier ? Aucune réponse ne fait l'unanimité sur cette question dont, depuis 2000 ans, érudits, mystiques et essayistes proposent des interprétations différentes. Les théologiens s'accordent en général à dire qu'il faut voir dans ces récits, non la transcription littérale de faits mais un symbole de la chute de l'humanité passant, aux temps antédiluviens, d'un état de grâce spirituelle à un état de conflit et de corruption. Ce que disent ces textes, selon les théologiens, c'est que lorsque le mal et la corruption gagnent le monde à pareille échelle, seuls échappent au courroux de Dieu ceux dont le cœur et l'esprit sont les plus purs – à l'exemple de Noé et de sa vertueuse famille. Il s'agit donc d'un enseignement purement allégorique destiné à informer le lecteur des conséquences inévitables de l'infamie.

Selon les érudits, les références des versets 2 et 4 aux « fils de Dieu » allant « trouver les filles des hommes » montrent que même les êtres les plus proches de la pureté de Dieu peuvent être infectés par la corruption et le mal. Il était communément admis chez les enseignants religieux que toute union impie entre les anges et les mortelles ne pouvait donner, étant contraire à la volonté de Dieu, que des descendants monstrueux. Cette idée insolite avait, d'après les premiers Pères de l'Église, inspiré les divers ouvrages apocryphes et pseudépigraphes consacrés à la chute des anges et à la corruption de l'humanité avant le Déluge.
Voilà ce qu'il en est du débat théologique. Est-ce là la vérité, toute la vérité, sur les origines des anges déchus ? Que dire des fidèles juifs et chrétiens ? Comment pouvaient-ils interpréter ces « mythes » ? La majorité ignorait probablement jusqu'à l'existence de ces vers problématiques du Livre de la Genèse. Ceux qui en avaient connaissance n'étaient sans doute guère capables d'aller au-delà et seule une infime minorité devait croire en l'existence réelle des anges déchus. La plupart des commentateurs devaient être incapables d'expliquer le lien exact entre ces histoires et le monde physique dans lequel nous vivons.

Certains juifs et chrétiens plus fondamentalistes ont attribué cette corruption et cette infamie aux descendants des premiers anges déchus qui avaient frayé avec les mortelles avant le Déluge. De telles suggestions peuvent sembler hasardeuses  il existe pourtant aux États-Unis une organisation appelée les Fils de Jared, en référence au patriarche Jared qui était le père d'Énoch et à l'époque duquel les Veilleurs étaient censés avoir été « rejetés » du « ciel ». Dans leur manifeste, les Fils de Jared vouent une « guerre implacable aux descendants des Veilleurs » qui auraient, affirment-ils, « dominé l'humanité tout au long de l'histoire en tant que pharaons, rois et dictateurs ». Le Jaredite Advocate, leur porte-parole, cite sans compter le Livre d'Énoch et considère les Veilleurs comme « une sorte de super-gangsters, une Mafia céleste gouvernant le monde » Ce point de vue reflète-t-il seulement l'acceptation dogmatique de la chute, depuis le ciel, d'anges de chair et de sang ? Combien d'individus les Fils de Jared ont-ils accusés ou persécutés en les prenant pour des descendants modernes des Veilleurs ? À côté de cela, certains érudits, tout en refusant toute base factuelle aux anges déchus et à leurs enfants monstrueux les Néphilim, sont prêts à admettre que les auteurs originels du Livre de la Genèse (attribué traditionnellement à Moïse) aient pu se baser sur des légendes populaires préexistantes vraisemblablement issues de Mésopotamie (l'Irak actuel). Dans Middle Eastern Mythology, l'historien S. H. Hooke reconnaît par exemple :

Derrière l'allusion brève et sans doute délibérément obscure de la Genèse 6:1-4 se cache un mythe plus répandu, celui d'une race d'êtres semi-divins qui se rebellèrent contre les dieux et furent rejetés dans le monde inférieur... Le fragment de mythe préservé ici par le yahviste était originellement un mythe étiologique expliquant la croyance en l'existence d'une race disparue de géants...

C'est possible, mais accepter que la Genèse 6:1-4 dérive de mythes moyen-orientaux beaucoup plus anciens ouvre également la possibilité qu'une époque révolue de l'humanité ait vu l'existence sur terre, et sans doute même dans les régions bibliques, d'une race humaine d'élite et probablement supérieure. On peut imaginer que ces gens aient atteint un haut niveau de civilisation avant de sombrer dans la corruption et l'infamie, notamment en épousant des femmes issues de races moins civilisées et en produisant des enfants monstrueux d'une taille disproportionnée par rapport à leur famille. On pourrait aussi envisager qu'une série de cataclysmes mondiaux aient par la suite amené feu, déluge et obscurité sur la terre, mettant un terme au règne de cette race de « géants ». Fallait-il voir dans des récits comme celui de Lamek, que tourmentait la naissance miraculeuse de son fils Noé, une pièce à conviction quant à l'idée que les anges déchus étaient bien plus que des êtres incorporels expulsés du ciel par l'archange Michel, comme l'enseignent depuis 2000 ans les théologiens et propagateurs chrétiens, musulmans et juifs ? Était-il possible de prouver leur existence à partir d'une étude approfondie des mythes et légendes hébraïques, suivie d'une comparaison avec les autres religions et traditions du Proche-Orient et du Moyen-Orient ? Et surtout, se pouvait-il que subsistent des signes de leur existence terrestre physique, préservés dans les documents de l'archéologie et de l'anthropologie modernes ? Ces perspectives passionnantes méritaient de s'y intéresser. Peut-être s'avérerait-il impossible, au bout du compte, de découvrir les traces de l'existence, dans les contrées bibliques, d'une race aujourd'hui disparue  du fond des âges aurait-elle fait l'objet d'une exploration complète. Mais peut-être se trouverait-il des témoignages solides que des anges, et des anges déchus, ont autrefois côtoyé l'humanité sous la forme d'êtres de chair et de sang semblables à nous, et alors notre vision de l'histoire mondiale pourrait en être changée pour toujours.
L'idée que les anges et les anges déchus seraient des êtres dotés d'un corps de chair et de sang, qui auraient vécu à une époque antédiluvienne lointaine et nous auraient légué une connaissance intime des nombreuses choses interdites à l'humanité, était autrefois largement admise par certains éléments de la population juive. À preuve, les communautés dévotes qui vivaient pieusement, entre 170 av. JC. et 120 ap. JC., sur les terres surchauffées et rocailleuses de la rive ouest de la mer Morte, passées dans l'histoire sous le nom d'Esséniens. On pense que leur centre principal se situait à Qumrân, où les archéologues ont mis au jour des preuves abondantes d'occupation et notamment une immense salle de bibliothèque où l'on pense que furent écrits les Manuscrits de la mer Morte.

HRM-BTEDEN
Les ouvrages historiques datant de cette époque donnent à penser que les Esséniens englobaient le Livre d'Énoch dans leur canon et qu'ils utilisaient même son répertoire d'anges pour pratiquer des soins et des exorcismes Des études récentes des manuscrits de la mer Morte ont également montré que les Esséniens éprouvaient un intérêt presque malsain pour les documents de type énochien ayant trait aux Veilleurs et aux Néphilim Beaucoup de ces ouvrages ne remontent qu'au second siècle av. JC. mais les enseignements secrets découverts dans la communauté de Qumrân et connus sous le nom de Kabbale suggèrent que les écrits énochiens et noéïens furent transmis oralement pendant des millénaires avant d'être finalement mis par écrit par les Esséniens

Avec l'avènement du christianisme, le Livre d'Énoch et d'autres ouvrages similaires devinrent pour la première fois accessibles. Les premiers chefs de l'Église furent nombreux, entre le Ier et IIIe siècles av. JC., à puiser ouvertement dans leurs pages. Certains érudits chrétiens soutenaient que les femmes mortelles étaient responsables de la chute des anges, tandis que Paul, dans Corinthiens 11:10, recommandait – d'après le Père de l'Église Tertullien (160-220 ap. JC.) – que les femmes se couvrent la tête afin de ne pas susciter chez les anges déchus le désir des femmes dévoilées à la belle chevelure. Plus remarquable encore, le fait que nombre de théologiens éminents admettaient que les anges déchus possédaient un corps. De fait, ce n'est qu'avec les Pères de l'Église, à partir du IVe siècle, que ces sujets furent sérieusement remis en question. Selon ces derniers, les anges déchus n'étaient en rien des êtres de chair et de sang et toute suggestion en ce sens équivalait à une hérésie. Cette attitude conduisit à la suppression du Livre d'Énoch, qui passa bientôt de mode. Le plus bizarre à ce sujet est le commentaire que fit saint Augustin (354-430 ap. JC.), qui prétendit que cet ouvrage pseudépigraphe ne pouvait être inclus dans le Canon des Écritures parce que trop ancien (ob nimiam antiquitatem). Qu'entendait-il donc par « trop ancien » ?
Voilà bien, de la part d'un père respecté de l'Église, une déclaration extraordinaire. Assez curieusement, le Livre d'Énoch passa également de mode chez les juifs après que Rabbi Siméon ben Jochaï, au second siècle ap. JC., eut maudit ceux qui pensaient que les Fils de Dieu mentionnés dans la Genèse 6 étaient en réalité des anges  Septante, version grecque de l'Ancien Testament, utilise le terme angelos au lieu de « fils de Dieu ».

Poussant plus avant leurs efforts en vue d'éradiquer l'étrange fascination pour les anges déchus qui avait cours chez les premiers chrétiens, les Pères de l'Église condamnèrent comme hérétique l'usage, dans les livres religieux, des centaines de noms donnés aux anges et aux anges déchus. Le Livre d'Énoch ne fut plus copié par les scribes chrétiens, et les exemplaires existant dans les bibliothèques et les églises furent perdus ou détruits, interdisant ainsi pendant plus d'un millénaire tout accès à cet ouvrage. Ultérieurement, pour couronner le tout, les théologiens catholiques se donnèrent pour politique d'extirper des enseignements de l'Église toute allusion au fait que des anges déchus aient été considérés précédemment comme des êtres matériels, comme l'illustre cette citation de la New Catholic Encyclopedia : « Au cours du temps, la théologie a apuré les obscurités et erreurs contenues dans les points de vue traditionnels sur les anges (à savoir la croyance qu'ils avaient une nature corporelle et qu'ils cohabitaient avec les femmes mortelles). »

Mais en quoi ces croyances pouvaient-elles faire horreur à la foi chrétienne, quand les grands chefs de l'Église primitive de Jérusalem avaient prêché si ouvertement sur ce sujet hautement controversé ? Cela n'avait pas de sens et suggérait qu'il avait dû y avoir d'excellentes raisons pour enterrer ce courant de pensée – car c'est exactement sous terre qu'il avait abouti. Les témoignages extraordinaires recueillis par l'auteur et présentés ici pour la première fois donnent de solides raisons de penser que des initiés et des sociétés secrètes ont préservé, révéré et même célébré un savoir interdit, concernant le fait que nos ancêtres les plus lointains tenaient leur inspiration et leur sagesse, non de Dieu ni de l'expérience, mais d'une race oubliée dont seuls les anges, démons, diables, géants et esprits malins rappellent le souvenir. Que ce point de vue contienne la moindre parcelle de vérité, et cela nous révélerait l'un des plus grands secrets jamais cachés à l'humanité. Par où commencer et dans quelle direction lancer cette quête de l'héritage interdit de la race prétendument déchue ? La réponse se trouvait dans la source principale, le Livre d'Énoch : ce n'était qu'en comprenant ses origines obscures et en absorbant son contenu bizarre que je pouvais espérer mettre au jour le tableau véritable de l'héritage perdu de l'humanité.

Pour comprendre l'importance du Livre d'Énoch, je pris comme point de départ l'homme qui, par ses propres moyens, avait ranimé l'intérêt du monde savant pour cet élément perdu de la littérature religieuse judaïque. James Bruce of Kinnaird, tel était son nom, se mit en route en 1768 pour l'Abyssinie – l'Éthiopie actuelle – pour y chercher quelque chose qui n'était certainement pas, comme il le prétendit alors, la source du Nil Bleu . Bruce était un noble écossais descendant directement de l'une des plus puissantes familles de l'histoire écossaise. Il appartenait en outre à la franc-maçonnerie écossaise, dont les racines se rattachent au Rite de Heredom, institué au début du Moyen Âge et intégré par la suite dans l'Ordre Royal d'Écosse   ce dernier était lui-même un ordre de chevalerie militaire fondé sur l'honneur et la vaillance, créé selon le rite des Chevaliers Templiers par Robert Bruce, l'illustre ancêtre de James, suite à sa victoire sur les Anglais à la bataille célèbre de Bannockburn (1314) . James Bruce, quant à lui, était membre de la loge Canongate Kilwinning n°2 d'Édimbourg, réputée l'une des plus anciennes d'Écosse et dont les sous-ordres et les enseignements mystiques s'ancrent dans les mythes et rituels du judéo-christianisme. La franc-maçonnerie est une organisation aux secrets innombrables et un homme aussi bien informé que James Bruce devait en connaître plus d'un. Il ne pouvait ignorer, par exemple, que la tradition maçonnique écossaise considère le patriarche Énoch, l'arrière-grand-père de Noé, comme l'un des fondateurs légendaires de l'Artisanat, qui aurait donné à l'humanité les livres et l'écriture et aussi, plus important que tout pour les francs-maçons, l'art de la construction.

~ Les colonnes antédiluviennes La franc-maçonnerie moderne, ou maçonnerie spéculative, avait à ses débuts de nombreux liens avec Énoch. D'après une légende 31 31 31 , Énoch, averti du Déluge à venir, aurait construit avec l'aide de son fils Métoushèlah neuf caves secrètes empilées l'une sur l'autre. Dans la plus basse, il déposa une tablette triangulaire en or (selon une autre version, une « pierre blanche de porphyre oriental ») portant le Nom Ineffable, le nom imprononçable du Dieu hébreu  son fils une seconde tablette gravée de mots étranges qu'il tenait des anges mêmes. Puis les caves furent scellées et Énoch fit édifier dessus deux colonnes indestructibles – l'une en marbre, afin qu'elle ne puisse « jamais brûler », l'autre en Laterus – brique – afin qu'elle ne puisse « s'enfoncer dans l'eau ». Sur la colonne de brique furent inscrites les « sept sciences » de l'humanité, appelées les « archives » de la maçonnerie  sur la colonne de marbre, il « mit une inscription disant qu'un trésor sans prix se trouvait non loin dans une cave souterraine ». Énoch se retira ensuite sur le mont Moriah, identifié traditionnellement au mont du Temple de Jérusalem, d'où il fut « transféré » vers le ciel. Plus tard, le roi Salomon découvrit les caves cachées en construisant son temple légendaire et apprit leurs secrets divins. Le souvenir des deux colonnes d'Énoch fut préservé par les francs-maçons qui en firent des représentations dans leurs loges. Appelées Colonnes Antédiluviennes ou Colonnes d'Énoch, elles furent remplacées finalement par la représentation de deux énormes colonnes nommées « Jachin » et « Boaz » qui auraient encadré le porche d'entrée du temple de Salomon 34 34 34 .

On ignore complètement ce que représentaient les neuf caves secrètes construites par Énoch. Peut-être désignent-elles les neuf niveaux d'initiation mystique contenus dans les enseignements occultes de la Kabbale et reconnus par les communautés de la mer Morte. À moins que cette légende évoque des salles souterraines réelles situées quelque part en Terre Sainte et construites pour cacher des objets sacrés ayant une importance pour le futur de l'humanité.
~ La marche avec Dieu Le caractère légendaire que possède le patriarche Énoch chez les mystiques juifs comme chez les francs-maçons modernes repose sur une hypothèse fort étrange. Le chapitre 5 du Livre de la Genèse fournit la liste généalogique des dix patriarches antédiluviens depuis Adam jusqu'à Noé, avec pour chacun son nom, l'âge auquel il « engendra » son premier fils et l'âge auquel il mourut – à l'exception notable d'Énoch.

Sur ce dernier, il est dit par deux fois qu'il « marcha avec Dieu », expression obscure accompagnée dans le deuxième exemple par les mots : « et il ne fut pas, car Dieu le prit ». Quoi que l'auteur de la Genèse ait voulu dire par là, l'interprétation retenue fut qu'Énoch n'était pas mort à l'instar des autres patriarches mais avait été « transféré » au ciel par les anges de Dieu. D'après la Bible, seul le prophète Élie fut emmené par Dieu de manière analogue  le nom signifie « initié ») cette place si particulière dans la littérature judéo-chrétienne. La mystique hébraïque affirme même qu'après avoir été « transféré » au ciel, Énoch fut transformé en l'ange Métatron. Que signifie « transféré au ciel » ? Nous ne sachons pas que les gens soient emportés vers le ciel par des anges au cours de leur vie terrestre. Soit ces mots recouvrent une métaphore, soit ils exigent un réexamen complet. Se pourrait-il qu'Énoch ait été simplement enlevé par des visiteurs d'un autre pays, considérés par le reste de la communauté comme des anges ? Et où était le ciel ? Nous savons qu'on le considère comme un lieu situé « dans les nuages » : cela désignait-il à la lettre un endroit se trouvant au-delà du monde physique où nous vivons ? À peine arrivé dans ce lieu nommé ciel, Énoch semble s'être fait aussitôt des ennemis car, selon une légende hébraïque, un ange nommé Azza aurait été expulsé du Paradis – autre nom du domaine céleste – pour s'être élevé contre « le haut rang donné à Énoch » quand il fut transformé en Métatron 37 37 37 . Toutes ces légendes et traditions sur Énoch montrent que le patriarche était hautement vénéré dans la mythologie juive en raison de ses relations avec les anges. Cela conduisit de nombreux érudits à penser que les ouvrages apocryphes comme le Livre d'Énoch étaient des récits imaginaires basés sur ce fameux transfert vers le ciel, où Énoch vit désormais en présence de Dieu.

James Bruce of Kinnaird était un vrai géant, « l'homme le plus grand qu'on puisse voir dans sa vie, en tout cas sans payer » aurait dit une femme qui le rencontra 38 38 38 . Il parlait couramment plusieurs langues, y compris certaines langues mortes, et notamment l'araméen, l'hébreu et le ge'ez, la langue écrite du peuple éthiopien. Avant d'aller en Abyssinie, Bruce était déjà un grand voyageur qui avait visité l'Europe, l'Afrique du nord et la Terre Sainte, explorant d'anciens monuments et dénichant de vieux manuscrits ignorés de tous sauf de quelques occidentaux fureteurs. Quoi qu'il ait dit à propos du Nil Bleu, le noble Écossais semble avoir passé une part considérable de son séjour en Éthiopie dans les bibliothèques de monastères délabrés, à compulser les volumes poussiéreux d'ouvrages religieux délaissés, souvent blanchis par l'âge et dans un état avancé de désintégration 39 39 39 . Que cherchait-il donc ?

Au terme de près de deux ans de voyages permanents, Bruce arriva au monastère ensommeillé de Gondar, sur les rives d'une vaste mer intérieure nommée le lac Tana. Ayant convaincu l'abbé de son honnêteté, il fut admis dans une sombre et lugubre bibliothèque où il trouva, et réussit à garder, un exemplaire très rare du Kébra Nagast, le livre sacré des Éthiopiens. Le livre racontait une relation amoureuse entre le roi Salomon et la reine de Saba, la fondatrice légendaire du royaume d'Abyssinie, ainsi que la naissance de leur fils illégitime Ménélik, qui conspira avec sa mère pour dérober la fabuleuse Arche d'Alliance du temple de Salomon. Selon ce récit, l'Arche aurait été emportée en Éthiopie et y serait demeurée depuis 40 40 40 . L'objet des recherches de Bruce était-il en fait de trouver et remporter en Europe un exemplaire de ce livre obscur mais très sacré ? Malgré la rareté du Kébra Nagast (ou « Livre de la splendeur des rois »), son existence était connue depuis longtemps et les érudits occidentaux estimaient que ses allégations extravagantes sur la reine de Saba et l'Arche d'Alliance avaient été concoctées en vue de donner aux chrétiens éthiopiens un lignage ininterrompu et une identité nationale remontant à l'époque d'Adam et Ève. Cela étant, des témoignages décisifs donnent à penser que l'Arche atteignit effectivement l'Éthiopie 41 41 41 (pas au temps de Salomon toutefois) et que James Bruce le savait pertinemment et entra même en Éthiopie en 1768 dans le but délibéré de la rapporter en Grande-Bretagne 42 42 42 . Le fin mot de l'affaire était-il la recherche de l'Arche perdue ? Bruce était-il l'Indiana Jones de son époque ? Peut-être. Pourtant, au-delà de son intérêt pour le Kébra Nagast et pour l'Arche d'Alliance, Bruce ne pouvait guère ignorer les rumeurs qui circulaient en Europe sur l'existence, en Éthiopie, du Livre interdit d'Énoch. Au début des années 1600 en effet, un moine capucin s'était procuré au cours d'un séjour en Éthiopie un texte religieux écrit en ge'ez que l'on crut d'abord être un exemplaire resté longtemps perdu de ce livre, et la découverte remua fort les cercles académiques. Le manuscrit s'avéra toutefois, après étude par un érudit éthiopien en 1683, n'être pas le Livre manquant d'Énoch mais un texte jusque là inconnu intitulé le Livre des Mystères du Ciel et de la Terre 43 43 43 . Nul ne savait vraiment ce que pouvait contenir le Livre d'Énoch. Jusque dans les années 1600, on en ignorait presque entièrement le contenu. Mais son simple titre exerçait tant d'attrait qu'une personne, au moins, tenta d'en obtenir les secrets des anges eux-mêmes. Il s'agit du Dr John Dee, astrologue, mage et savant élisabéthain qui, aidé du soi-disant médium Edward Kelley, invoqua les anges à l'aide de boules de cristal et autres engins de détection. Les esprits dirent à Kelley qu'ils lui fourniraient le contenu du Livre d'Énoch et certains témoignages suggèrent que Dee aurait effectivement détenu un « Livre d'Énoch » dicté par le truchement de Kelley 44 44 44 . On ne pense pas toutefois qu'il ait eu la moindre ressemblance avec l'ouvrage qui porte actuellement ce nom. Dee et Kelley développèrent, à partir de leur commerce avec les anges, tout un langage écrit, comprenant même une écriture ou un code « énochiens ». Ce système complexe d'invocation magique a survécu jusqu'à ce jour et reste en usage chez de nombreux occultistes pour invoquer l'assistance d'une hiérarchie complète d'êtres angéliques 45 45 45 .
~ La découverte de Scaliger Le début du XVIIe siècle vit une avancée majeure dans la recherche du Livre perdu d'Énoch. Un érudit flamand nommé J. J. Scaliger, qui avait décidé d'étudier une obscure littérature latine dans les caves mal éclairées des bibliothèques européennes, ouvrit un jour un livre inédit intitulé Chronographia, écrit dans les années 808-10 par un moine savant nommé George Syncellus. Après avoir laborieusement parcouru de longues pages emplies de dictons et citations d'une parfaite banalité sur divers sujets relatifs à l'Église chrétienne primitive, il tomba sur quelque chose de tout différent, ressemblant à de larges extraits du Livre d'Énoch. Écrits à la main et en grec, ces chapitres montraient que Syncellus avait de toute évidence possédé un exemplaire de l'ouvrage interdit et l'avait cité généreusement en vue de prouver la terrible transgression accomplie par les anges déchus. Comprenant l'exceptionnelle rareté de ces extraits, Scaliger les reproduisit fidèlement et intégralement et livra au regard du monde, pour la première fois, le contenu ignoré du Livre d'Énoch 46 46 46 . Les sections citées par Syncellus et retranscrites par Scaliger révélaient l'histoire des Veilleurs, des Fils de Dieu, désignés ici par leur titre grec de Grigori. Ceux-ci, lisait-on, avaient épousé des femmes mortelles qui avaient donné naissance à des Néphilim et gigantes, ou « géants ». On y apprenait aussi les noms des chefs des Veilleurs rebelles, et la façon dont les anges déchus avaient révélé à l'humanité des secrets interdits et avaient finalement été emprisonnés par les archanges du ciel jusqu'au Jour du Jugement 47 47 47 . On peut imaginer les émotions contradictoires ressenties par Scaliger – excitation d'un côté, horreur et répugnance de l'autre. Chrétien craignant Dieu et vivant au XVIIe siècle, époque où l'on brûlait les gens comme sorciers pour les charges les plus anodines, que devait-il faire de ces révélations ? Qu'en penser, d'ailleurs ? Des anges qui couchaient avec des mortelles, la naissance de bébés géants : que voulait bien dire tout cela ? S'agissait-il de faits réels ou d'une simple allégorie sur les conséquences du commerce avec des êtres surnaturels tels que les anges ? Le simple fait de recopier ce texte interdit l'exposait au risque d'être accusé de pratiques diaboliques. Cette découverte incroyablement fortuite posait la question du contenu du reste du livre. Serait-il aussi déroutant que ces premiers chapitres semblaient le suggérer ? Bruce dut se rendre compte du caractère controversé des sections préservées par Syncellus au IXe siècle. Il dut également se rendre compte des conséquences énormes qu'aurait le fait de retrouver un manuscrit complet du Livre d'Énoch. C'est peut-être pour cette raison qu'il passa tant de temps à s'entretenir avec les abbés et moines des monastères éthiopiens. Il est dès lors évident que l'un des objectifs premiers des voyages de Bruce devait être de se procurer et rapporter en Europe un exemplaire du Livre d'Énoch. Les efforts de Bruce furent récompensés : il réussit à retrouver, non pas un mais trois exemplaires complets du Livre d'Énoch qu'il rapporta en Europe en 1773 48 48 48 . Le premier fut confié à la Bibliothèque Nationale de Paris, le second à la Bodleian Library d'Oxford et quant au troisième, il le plaça « parmi les livres des Écritures que j'emportai chez moi, immédiatement avant le Livre de Job, place qui est la sienne dans le Canon Abyssin » 49 49 49 . Bruce lui-même ne dut guère percevoir de son vivant le séisme qu'allait déclencher cette activité littéraire gratuite, et qui se traduirait par la remise en circulation de récits hérétiques concernant les relations interdites de l'humanité avec les anges déchus. Pourtant, à peine Bruce fut-il de retour en Europe avec ses précieux manuscrits que d'étranges événements se produisirent. Après avoir déposé l'exemplaire destiné à la bibliothèque de Paris, Bruce s'apprêta à retourner en Angleterre où il comptait se rendre dès que possible à la Bodleian Library. Avant même d'avoir pu quitter la France, il apprit qu'un spécialiste éminent en études coptes, Karl Gottfried Woide, venait déjà de quitter Londres pour Paris, porteur de lettres du secrétaire d'État à Lord Stormont, l'ambassadeur anglais, demandant à ce dernier de l'aider à accéder au manuscrit parisien du Livre d'Énoch pour en établir la traduction sans délai. Mais, comme Bruce le dirait plus tard dans son grand œuvre sur ses voyages en Éthiopie, « nulle part on ne la vit paraître » 50 50 50 . Qu'est-ce qui motivait donc cette traduction si urgente du Livre d'Énoch, avant même que la Bodleian Library eût reçu son propre exemplaire ? Situation d'autant plus absurde que, pendant les quarante-huit années suivantes, aucune traduction complète du précieux texte ge'ez n'allait être publiée dans quelque langue que ce soit. Pourquoi ce retard ? Pourquoi un élément si important de la littérature religieuse disparue fut-il ignoré si longtemps, d'autant que le monde de la théologie disposait désormais, non pas d'un exemplaire mais de deux ? Cette situation ridicule dut mettre James Bruce en fureur, après la peine qu'il s'était donnée pour retrouver et récupérer ces manuscrits en pensant qu'une traduction en serait publiée avant sa mort (survenue en 1794). Bien qu'on puisse être tenté de supposer un complot derrière ces agissements extraordinaires de Woide et du secrétaire d'État anglais, la vérité est beaucoup plus banale et tient au climat économique et politique de l'époque. La fin du XVIIIe siècle et le début du dix-neuvième virent un déclin massif de la popularité de l'Église chrétienne en de nombreuses régions de l'Europe protestante. L'assiduité aux offices baissait et partout les églises étaient négligées et abandonnées par suite de l'influence de la science newtonienne et de l'arrivée de la Révolution Industrielle. L'ère de la raison et de l'éducation laissait peu de place à de supposées transgressions d'anges, déchus ou non. Dans sa majorité, le public ne s'intéressait tout simplement pas au fait de savoir si les anges devaient leur chute à une disgrâce ou à leur luxure  sur le fait que les anges déchus puissent posséder un corps n'apparaissaient pas comme une priorité aux yeux de la plupart des gens.
~ Quand les anges déchus sont source d'inspiration Le Livre d'Énoch resta dans l'obscurité jusqu'en 1821, date à laquelle, après y avoir consacré de longues années, un professeur d'hébreu de l'université d'Oxford se vit enfin récompenser par la parution de la toute première traduction anglaise du Livre d'Énoch. Le révérend Richard Laurence, archevêque de Cashel, avait peiné des centaines et des centaines d'heures sur le manuscrit fané détenu par la Bodleian Library, remplaçant soigneusement le texte original ge'ez par des mots et expressions anglaises et comparant le résultat avec des extraits connus tels que les courts chapitres conservés en grec par Syncellus au IXe siècle 51 51 51 . Il n'est pas exagéré de dire que la publication du Livre d'Énoch fit sensation dans les cercles académiques et littéraires européens. Mais son contenu dérangeant toucha, au-delà des érudits, un plus vaste public. Religieux, artistes, écrivains, poètes en goûtèrent les délices et purent se faire leur propre opinion sur la nature de ses révélations. Dans de larges pans de la société, les conséquences de cette vulgarisation allaient être très grandes. Les auteurs romantiques, par exemple, furent saisis par ces histoires de Fils de Dieu visitant les Filles des Hommes et se mirent à représenter ces figures diaboliques dans leurs œuvres poétiques 52 52 52 53 53 53 . Un peu plus tard, les peintres victoriens firent à leur tour apparaître ce sujet sur leurs toiles 54 54 54 .
HRM-BTEDEN
On serait même tenté de penser que le Livre d'Énoch inspira de façon majeure les sombres excès de ce qu'on a appelé la renaissance gothique, qui culmina dans des œuvres littéraires comme le Dracula de Bram Stoker, dont le personnage éponyme est un ange 55 55 55 . Pourquoi les sujets sataniques sont-ils une telle source d'inspiration ou de répulsion ? Pourquoi les histoires d'anges déchus nous excitent-elles à ce point ? Il semble également certain que le Livre d'Énoch fut bientôt reconnu comme un ouvrage de grand mérite par les francs-maçons, qui l'utilisèrent pour redonner vie à leur vieille affiliation avec le patriarche antédiluvien  traduction de Laurence, daté de 1838, appartenait autrefois à la bibliothèque du Conseil Suprême 33, à savoir la plus haute instance des francs-maçons de l'Arche Royale en Grande-Bretagne. Une rumeur prétend même que Bruce présenta son troisième exemplaire à la Grande Loge Écossaise d'Édimbourg 56 56 56 . L'édition de l'université d'Oxford se répandant de plus en plus, des érudits entreprirent peu à peu de vérifier les collections des bibliothèques de l'Europe entière, et le résultat fut que l'on découvrit, enfouis dans des recoins abandonnés, de nombreux autres fragments et exemplaires du texte énochien, en éthiopien, en grec et même en latin. De nouvelles traductions furent effectuées en allemand et en anglais, celle réalisée en 1912 par R. H. Charles faisant autorité 57 57 57 . On trouva même en Russie une suite intitulée le Livre des Secrets d'Énoch, qui fut traduite en 1894 58 58 58 . Depuis lors, l'authenticité du Livre d'Énoch a été amplement vérifiée grâce à la découverte des manuscrits de la mer Morte. On a pu identifier de nombreux fragments écrits en araméen parmi les centaines de milliers de débris friables retrouvés au fil des années dans les grottes de la mer Morte, où ils avaient été placés vers l'an 100 par les derniers survivants des communautés esséniennes, à Qumrân et, tout près, à En-Gedi 59 59 59 . Les copistes éthiopiens avaient fidèlement respecté le texte original araméen, dont la traduction grecque était probablement passée dans leur pays dans le courant de la seconde moitié du IVe siècle ap. JC. 60 60 60 Génération après génération, les scribes éthiopiens avaient copié et recopié le Livre d'Énoch tandis que les anciens manuscrits, endommagés et déchirés, étaient jetés ou détruits au hasard des nombreux conflits qui ensanglantèrent l'Abyssinie pendant quinze siècles. Le fait est que, malgré la suppression massive organisée par l'Église chrétienne, le Livre d'Énoch était en quelque sorte resté intact  vers l'éminente traduction réalisée en 1912 par le chanoine R. H. Charles que j'allais maintenant me tourner pour en découvrir par moi-même les secrets. Absorber l'obscur contenu de ce livre impie était le seul moyen de comprendre pourquoi tant de gens, dans les siècles passés, avaient abhorré ce texte interdit.


La lecture du livre d'Énoch fut pour moi une expérience des plus troublantes et me fit maintes fois passer des frissons dans le dos. Voilà un document qui était peut-être l'un des plus vieux récits de l'humanité  un document que des conteurs s'étaient transmis oralement pendant des millénaires, et qui s'était finalement transformé en livre après 200 av. JC., presque certainement à l'instigation de la communauté essénienne de Qumrân, sur la mer Morte. Que contenait-il qui ait pu causer une telle consternation aux rabbins juifs et à l'Église chrétienne primitive ? Le Livre d'Énoch m'apparut comme un patchwork haut en couleur, mais fort embrouillé et contradictoire, et supposant, pour en dégager un tableau cohérent, un travail important de démêlement. Il semble avoir été écrit en grande partie – sur de fins feuillets en peau – pendant ou juste après le règne d'Antiochos Épiphane, roi syrien gouvernant la Judée à l'époque de la révolte des Maccabées en 167 av. JC. 61 61 61 Ses 108 courts chapitres comportent indéniablement des témoignages des batailles livrées et gagnées, contre le souverain syrien exécré, par le mouvement réactionnaire juif des Hassidim sadocites conduits par Judas Maccabée 62 62 62 . D'autres parties furent écrites peu après cette époque et certains passages reflètent même des temps postérieurs au début de l'ère chrétienne. Que contient-il donc et qu'y trouvent d'offensant ses détracteurs ? Dans les premiers chapitres, le narrateur reprend le récit de la Genèse 6 relatif aux Fils de Dieu qui visitaient les Filles des Hommes et prenaient femme parmi elles. On apprend ainsi que, « du temps de Jared », 200 Veilleurs « descendirent sur Ardis », le sommet du mont Hermon, lieu mythique identifié aux trois cimes du Djébel esh Cheïkh (2.800 mètres) situé dans la zone la plus septentrionale de l'ancienne Palestine. Aux temps bibliques, ses hauteurs enneigées étaient tenues pour sacrées par les divers peuples de la Terre Sainte  également le site probable où les disciples du Christ virent leur Seigneur « transfiguré devant eux » 63 63 63 .

Sur cette montagne, les Veilleurs prêtent serment et se lient entre eux par des « imprécations mutuelles », apparemment parfaitement conscients des enjeux de leurs actes pour eux-mêmes et pour l'ensemble de l'humanité 64 64 64 . Ce pacte est commémoré par le nom donné au lieu de leur « chute » puisque le mot Hermon, ou herem, signifie en hébreu « malédiction ». Pourquoi les deux cents anges choisirent-ils cet endroit plutôt qu'un autre pour gagner les basses-terres, cela n'est pas précisé. Les voilà en tout cas qui descendent se mêler à l'humanité, dans l'espoir de goûter aux charmes des mortelles. On nous présente alors Shemyaza, le chef des Veilleurs, ainsi que 19 de ses favoris dont il est dit qu'ils sont « leurs chefs de dizaines » 65 65 65 . Laissons de côté pour l'instant toute question sur l'authenticité, l'origine ou la réalité de cette curieuse narration et poursuivons l'histoire relatée par le Livre d'Énoch. Après que les Veilleurs ont trouvé des femmes et sont « venus à elles », celles-ci donnent naissance à d'énormes bébés Néphilim qui deviennent en grandissant des barbares à tous points de vue. Citons intégralement, car les mots ont de l'importance :

HRM-BTEDEN
Et elles [les femmes mortelles] devinrent grosses et donnèrent naissance à de grands géants dont la taille était de trois mille aunes : qui consommaient toutes les acquisitions des hommes. Et quand les hommes ne purent plus les nourrir, les géants se retournèrent contre eux et dévorèrent l'humanité. Et ils commencèrent à pécher contre les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les poissons, à se dévorer mutuellement la chair et à boire le sang. Alors la terre mit en accusation les hors-la-loi.

La taille des Néphilim, donnée ici pour 3.000 aunes – l'aune anglaise équivaut à 1,14 mètres– est une exagération comme en comportent souvent les mythes juifs. Elle n'a d'autre but que d'insister sur un point précis, qui est que ces gibborim, ou « hommes puissants », étaient de haute taille et dotés d'un appétit énorme. Plus déconcertante est l'affirmation que les Néphilim se seraient retournés contre leurs familles mortelles et se seraient livrés à ce qu'il faut bien appeler du cannibalisme. « Pécher » contre « les oiseaux, les bêtes, les reptiles et les poissons » pourrait indiquer que les Néphilim en firent leur nourriture ou qu'ils eurent avec eux des rapports sexuels contre nature, voire les deux. Ils semblent en tout cas être devenus friands de sang, chose qui dut également soulever d'horreur les communautés qui les avaient vu naître et grandir.

Le récit raconte ensuite que les Veilleurs rebelles qui côtoyaient l'humanité révélèrent les secrets interdits du ciel. C'est ainsi qu'un certain chef nommé Azazel aurait « enseigné aux hommes à faire des épées, des couteaux, des boucliers et des plastrons, et fait connaître les métaux (de la terre) et l'art de les travailler », ce qui indique que les Veilleurs furent les premiers à introduire l'usage du métal chez les hommes. Il leur apprit également à fabriquer « bracelets » et « ornements » et à se servir de l' « antimoine », un métal blanc et fragile employé en artisanat et en médecine. Aux femmes, il enseigna l'art d' « embellir » les paupières et l'usage de « toutes sortes de pierres coûteuses » et de « teintures de couleur », ce qui indique que le maquillage et le port de bijoux était inconnu jusque-là 68 68 68 .

Les Filles des Hommes étaient censées avoir « été égarées » par cet acte impardonnable et en être devenues « corrompues », se livrant à la fornication, non seulement avec les Veilleurs mais aussi, faut-il croire, avec d'autres hommes que leurs partenaires habituels. Azazel était également accusé d'avoir enseigné aux femmes à jouir du plaisir sexuel et à rechercher la promiscuité sexuelle – une « impiété » aux yeux des conteurs hébreux.

Les linguistes pensent que les noms Azazel et Shemyaza ont probablement la même origine et que la scission en deux anges déchus distincts serait antérieure au Livre d'Énoch  mais comme des légendes indépendantes leur sont rattachées, nous traiterons chacun d'eux pour ce qui le concerne. D'autres Veilleurs sont accusés d'avoir révélé aux mortels des arts plus scientifiques tels que : la connaissance des nuages, ou météorologie  les « signes de la terre », à savoir sans doute la géodésie et la géographie  ainsi que l'astronomie et les « signes », ou le passage, des corps célestes comme le soleil et la lune. Shemyaza aurait divulgué « les enchantements et la cueillette des racines » 69 69 69 , allusion à la magie dont se défiaient les Juifs les plus orthodoxes mais que les communautés de la mer Morte admettaient jusqu'à un certain point. Pênêmûe, quant à lui, enseigna « l'amer et le sucré », allusion probable à l'utilisation alimentaire des plantes et épices, et apprit aux hommes à utiliser « l'encre et le papier », ce qui suggère que les Veilleurs introduisirent les plus anciennes formes d'écriture 70 70 70 .

Nettement plus perturbant, Kâsdejâ aurait montré aux « enfants des hommes tous les mauvais coups des esprits et démons et les coups de l'embryon dans l'utérus, en sorte qu'il trépasse » 71 71 71   autrement dit, il apprit aux femmes à avorter. Ces lignes sur les sciences interdites livrées aux hommes par les Veilleurs rebelles soulèvent la question fondamentale de savoir pourquoi les anges du ciel avaient de telles connaissances. Quel besoin avait-ils de travailler le métal, d'utiliser charmes, incantations et écriture, d'embellir le corps, de se servir d'antimoine ou de savoir provoquer un avortement ? On ne s'attend à trouver aucun de ces savoir-faire chez les messagers célestes de Dieu  entendu, qu'ils ne fussent humains.

Selon moi, cette révélation d'un savoir et d'une sagesse jusque-là inconnus s'apparente beaucoup plus à l'action d'une race très avancée, qui aurait transmis quelques-uns de ses secrets jalousement gardés à une culture moins évoluée qui en était encore à lutter pour comprendre les principes fondamentaux de la vie. On peut esquisser une comparaison avec la façon dont les cultures soi-disant civilisées de l'Occident ont introduit chez les peuples indigènes des plus lointaines régions le whisky, les vêtements, la raideur de raisonnement et le dogmatisme religieux. À supposer qu'il faille prendre ces textes anciens au pied de la lettre, se pourrait-il que les choses se soient passées ainsi – à savoir, que des membres d'une race extrêmement avancée aient transmis leur savoir à une culture moins évoluée encore au stade de la lutte pour la vie ?
~ Le triste sort des Veilleurs et Néphilim Dieu choisit alors des anges du ciel à qui il enjoint d'agir contre les Veilleurs et contre leurs rejetons Néphilim, « les bâtards, les réprouvés, les enfants de la fornication » 72 72 72 . Pieds et poings liés, Azazel est jeté pour l'éternité dans un désert ténébreux appelé Dûdâêl. Sur lui on empile des « rochers farouches et déchiquetés »  jusqu'au Jour du Jugement où il sera « jeté dans le feu » pour ses péchés 73 73 73 .

Pour avoir contribué à corrompre l'humanité, les Veilleurs sont forcés d'assister au massacre de leurs propres enfants et sont ensuite jetés dans une sorte de prison céleste, un « abîme de feu » 74 74 74 dans lequel leur leader Shemyaza est jeté comme ses frères. Selon d'autres versions toutefois, ce dernier subit un châtiment plus terrible : ayant révélé à une belle mortelle nommée Ishtahar, en échange de la promesse de plaisirs charnels, le Nom Explicite de Dieu, il sera suspendu à tout jamais entre ciel et terre, ligoté et tête en bas, dans la constellation d'Orion 75 75 75 .

L'affirmation que les Veilleurs rebelles auraient été spectateurs du meurtre de leurs enfants suggère une forme d'infanticide : les êtres nés de l'union entre anges déchus et femmes mortelles auraient été rassemblés et massacrés systématiquement sous les yeux impuissants de leurs pères. Si cette hypothèse était correcte, elle pourrait expliquer la peur et la répugnance qui envahirent Lamek et Bathenosh à la naissance de leur fils Noé apparemment semblable à un bébé Néphilim  horreur qui tenait, non seulement à l'étrange aspect de leur fils, mais aussi au fait que les anges restés loyaux envers le ciel tuaient les rejetons des Veilleurs. Après l'incarcération de Veilleurs rebelles, Énoch est convoqué au « ciel » par les archanges, désignés ici, ce qui ne clarifie pas les choses, sous le terme de Veilleurs  part accuser les anges rebelles des crimes commis contre l'humanité. Énoch accepte cette mission et se rend sur leur lieu de détention. Il les trouve « tous effrayés, et la peur et les tremblements les saisirent » 76 76 76 . La crainte des punitions est certainement une caractéristique humaine et non une émotion qu'on s'attendrait à trouver chez les messagers incorporels de Dieu. Où se trouvait, au fait, cette prison à laquelle Énoch eut si facilement accès ? Le texte suggère qu'elle était près des « eaux du Dan, au sud de l'ouest de l'Hermon » 77 77 77 . Les « eaux du Dan » désignent l'un des tributaires du Jourdain, au nord de la Palestine. La racine du mot hébreu dan signifie « juger » et le chanoine R. H. Charles note, dans la traduction reconnue qu'il fit du texte éthiopien, que le choix de cet emplacement était dû au fait « que son nom était représentatif du sujet traité par l'auteur, à savoir le jugement des anges » 78 78 78 . La localisation géographique du récit serait donc symbolique et non réelle. Il est clair que l'auteur du Livre d'Énoch tente de donner une assise géographique solide à la narration et qu'il situe le lieu d'incarcération des Veilleurs à proximité de celui de leur descente initiale sur le mont Hermon. En d'autres termes, les lieux cités dans le Livre d'Énoch furent choisis, pour nombre d'entre eux, en vue de crédibiliser les récits rapportés.

La corruption encore présente après l'emprisonnement des Veilleurs et la mort de leur progéniture Néphilim sera balayée par une série de catastrophes mondiales que conclura le Déluge bien connu de la tradition biblique 79 79 79 . Cette destruction de masse est envisagée, dans un récit distinct sur le destin des Néphilim 80 80 80 , comme une conflagration globale envoyée par les anges du ciel sous forme de « feu, naphte et soufre » . Seule survivra à ces cataclysmes de feu et d'eau la « semence » de Noé, dont la lignée produira la race humaine future . Voici donc comment les communautés de la mer Morte et les premiers chrétiens comprenaient le Livre d'Énoch  nulle part il n'est insinué que les Veilleurs rebelles fussent des êtres de chair et de sang, il est seulement dit qu'ils prenaient une forme physique pour coucher avec les mortelles. Après avoir lu et relu l'histoire de la chute des Veilleurs, il m'apparut que cette vision des événements était sérieusement sujette à caution car des indices convaincants donnaient à penser que les Veilleurs rebelles – et par suite, les anges du ciel – étaient peut-être, à l'origine, une race d'êtres humains vivant au Moyen-Orient dans un lointain passé. Dans cette hypothèse, le souvenir de ces événements grandioses et horribles avait vraisemblablement subi distorsions et mythifications au cours du temps jusqu'à devenir de simples contes populaires moralisants, au sein d'une histoire religieuse à lente évolution adoptée par les Juifs aux temps bibliques. Cette approche était-elle valable ? Elle était à mes yeux aussi crédible que les autres. Mais dans le cas contraire, quelles alternatives existait-il ? Il y en avait deux. Soit on admet que ce genre de littérature religieuse est purement imaginaire et se fonde sur les aspirations et valeurs psychologiques profondes d'une société craignant Dieu. Soit on admet que les anges incorporels, non seulement existent mais peuvent également descendre sur terre, prendre forme humaine et s'accoupler avec des femmes mortelles, et que celles-ci pourront ensuite donner naissance à des géants qui deviendront en grandissant des barbares cruels comme ceux décrits dans le Livre d'Énoch. Quelle est la solution la plus facile à admettre ? Quel est le choix qui semble le plus juste ?

À supposer même que les Veilleurs rebelles fussent réellement jadis des êtres humains de chair et de sang, d'où venaient-ils, dans quel cadre temporel vivaient-ils et quel fut le vrai destin de leur progéniture ? Périrent-ils tous au cours du génocide orchestré par les anges restés loyaux envers le ciel, ou dans les cataclysmes qui culminèrent avec le Déluge ? Certains survécurent-ils ? Le Livre d'Énoch ne fournissait pas de réponse immédiate mais un passage particulier du chapitre 15, relatif au sort final des Néphilim, attira mon attention :

... parce qu'ils sont nés des hommes (et) que des saints veilleurs est leur commencement et origine première  seront des esprits mauvais sur terre et on les appellera des esprits mauvais... Et les esprits des géants (alors) affligent, oppriment, détruisent, attaquent, livrent bataille, provoquent la destruction sur la terre et causent des problèmes  ils ne se nourrissent pas, [néanmoins ont faim] et soif, et causent des offenses.

Le texte parle d' « esprits mauvais » – démons et diables serait peut-être plus approprié. Si l'on suppose toutefois qu'à l'origine, il était en fait question de « descendants par le sang », ces lignes énigmatiques indiqueraient alors que ceux qui avaient du sang Néphilim étaient destinés à « affliger, opprimer, détruire, attaquer, livrer bataille et provoquer la destruction sur la terre ».

Ces idées ont évidemment de quoi donner le frisson. Dans la formulation puritaine du Livre d'Énoch toutefois, ces âmes corrompues sont destinées à devenir les damnés, qui ne « se nourrissent pas, [néanmoins ont faim] et soif ». Les djinns, ces esprits malins de la tradition islamique, sont supposés « souffrir d'une faim dévorante et ne pouvoir manger ». Il existe de même dans le folklore d'Europe de l'est comme dans l'imaginaire populaire, des êtres surnaturels qui boivent le sang mais ne « se nourrissent pas, [néanmoins ont faim] et soif », à savoir les nosferatu ou vampires. Quelle que soit leur réalité en termes anthropologiques, les vampires continuent d'exister dans le monde obscur et sinistre du roman d'horreur gothique, lequel doit beaucoup, je m'en étais déjà rendu compte, à la façon dont la publication initiale du Livre d'Énoch en 1821 influença les visions des poètes et artistes romantiques.

Peut-être l'« esprit » de la race déchue vit-il toujours dans l'inconscient collectif de la société moderne. Peut-être les descendants des Néphilim, ces rejetons hybrides des deux cents Veilleurs rebelles, sont-ils toujours en nous et que seule nous en suggère la présence, la certitude inquiétante que notre obscur passé recèle des vérités cachées en train d'émerger pour la première fois – des secrets dont quelques rares esprits éclairés ont compris qu'ils étaient préservés dans le Livre hérétique d'Énoch, que le chanoine R. H. Charles décrivait comme une « doctrine démoniaque ».

~ Les descendants de Noé Malgré les éléments extraordinaires fournis par le Livre d'Énoch sur l'histoire des Veilleurs, les chapitres suivants semblaient n'avoir que peu de liens avec ma recherche des origines de la race déchue. À la vérité, on pourrait même les croire d'un autre auteur, supposition qui se confirma quand j'eus compris que les chapitres concernant la chute des Veilleurs, la naissance de Noé et le Déluge provenaient tous d'un ouvrage apocalyptique appelé le Livre de Noé, ouvrage beaucoup plus ancien aujourd'hui perdu. J'éviterai, afin de ne pas compliquer les choses, d'utiliser cette appellation de Livre de Noé  il est important de savoir que Noé, et non Énoch, fut le narrateur originel de ce récit, car cela peut fournir une clé pour comprendre l'intérêt que portaient les Esséniens à cette littérature démoniaque. En raison de l'alliance conclue par Noé avec Dieu au moment du Déluge, les communautés de la mer Morte virent en lui le premier apporteur de la pluie de Dieu, le premier faiseur-de-pluie, et elles se considérèrent comme les descendantes directes de cette lignée faiseuse-de-pluie – point continuellement souligné dans leur littérature religieuse. Nombre de juifs, au cours des deux derniers siècles avant le Christ, pensaient que les saints errants, les zaddiks ou « justes », étaient des descendants directs de Noé et donc capables de faire-la-pluie – en vertu d'un pouvoir divin conféré par la naissance. Parmi les faiseurs-de-pluie les plus renommés de la tradition juive figurait Onias le Juste, dit aussi Honi le Traceur-de-cercle  le fils de sa fille, Hanan le Caché, et un autre petit-fils nommé Abba Hilkiah furent également capables de rééditer les faits de leur grand-père.

À la lumière des recherches sur ces traditions, il apparaît probable que les prêtres accomplissaient ces modifications inexplicables du temps en se retirant de la communauté et en traçant des cercles dans le sable. Debout au centre de ce cercle magique, ils effectuaient une conjuration surnaturelle dont l'efficacité ne fut jamais mise en doute . Quand ils n'attiraient pas la pluie vers le sol, les zaddiks menaient une existence sauvage, parcourant de grandes distances à pied et passant de longues périodes dans les collines rudes et farouches situées sur la rive ouest de la mer Morte, où ils s'installaient dans des grottes et s'absorbaient dans la méditation et la contemplation. Mais le plus important était le fait que ces prêtres-zaddiks errants, qui déambulaient parmi les communautés de la mer Morte, étaient les enseignants de la Kabbale, un savoir secret dont la transmission est orale et individuelle . Grands connaisseurs de la Kabbale et prétendant descendre de Noé, ces saints errants avaient très vraisemblablement été les premiers à répandre le récit des Veilleurs auprès des Esséniens.

Si cette théorie était correcte, qui donc étaient ces zaddiks errants ? Pourquoi se considéraient-ils comme les descendants directs de Noé ? Où et quand avaient-ils reçu ces récits sur la chute des Veilleurs ? Tant que je ne pourrais répondre à ces questions, il me serait difficile d'apprécier si le Livre d'Énoch reflétait un fait historique authentique. Pour le moment, j'avais besoin de mieux comprendre les racines de l'histoire des Veilleurs, comment était survenue leur « chute » et quel en avait été le point de départ.

Les avis étaient partagés sur ce que représentaient réellement, dans le récit biblique, ces Fils de Dieu qui allaient voir les Filles des Hommes. Vers la fin du IVe siècle, l'Église syrienne répandit un tout nouveau texte religieux censé fournir la bonne interprétation des lignes de la Genèse 6. Dans cette variante, les Fils de Dieu n'étaient plus des anges ténébreux mais les Fils de Seth, une communauté vertueuse d'hommes et de femmes résidant en paix sur la Montagne de Dieu, au-delà des Portes du Paradis par où avaient été expulsés, bien des générations plus tôt, les premiers parents de l'humanité Adam et Ève. Parmi les Fils de Seth vivent des patriarches antédiluviens familiers tels que Jared, son fils Énoch, son petit-fils Métoushèlah et son arrière-petit-fils Lamek. Une certaine Caverne aux Trésors, où sont conservés les restes des premiers hommes et femmes et notamment d'Adam et Ève, renferme les Trois Dons de Dieu, cassettes contenant l'encens, l'or et la myrrhe que doivent garder Israël et Juda jusqu'au jour de la Nativité où ils seront offerts au Christ. Dans cette caverne gigantesque brûle une flamme éternelle symbolisant la lumière que Dieu donna à Adam à son heure la plus sombre. En bas, dans les plaines, vit un peuple plus primitif non guidé par la justice de Dieu, qui mène une vie de péché et de corruption. Il y a là les Filles de Caïn, ce premier fils d'Adam qui, d'après la Genèse 4, tua son frère Abel et fut alors maudit et « chassé » par Dieu vers « le pays de Nod à l'est d'Eden ». Les Filles de Caïn tombent facilement dans une débauche effrénée, ce qui suscite la manifestation de Satanail, autrement dit Satan ou le Diable. Cherchant à tirer parti de leurs mauvaises mœurs pour égarer les Fils de Dieu, l'archi-démon combine un plan ingénieux. Il convainc les naïves Filles des Hommes de se farder et de se parer de beaux bijoux et d'habits exotiques, puis les dirige vers les Montagnes de Dieu où les Fils de Seth vivent pieusement en présence du Très-Haut. Les femmes essaient d'inciter ces hommes religieux à descendre afin de les pousser à la fornication et à l'indécence  elles se rendent dans ce but au pied de la montagne, jouent de la musique, exécutent des danses sauvages, chantent à tue-tête et crient aux 520 Fils de Dieu de se joindre à elles pour de doux plaisirs. Captivés par les voix des femmes, les hommes descendent en nombre de la montagne sacrée et se livrent aux délices de la chair. Seuls les plus vertueux – Jared, Énoch, Métoushèlah, Lamek et son fils Noé – résistent à la tentation. La conséquence inévitable de cette union impie est la naissance de géants, et l'interdiction par Dieu du retour des Fils de Seth « déchus » vers leurs hautes retraites près de la Caverne aux Trésors. Puis, comme dans les traditions énochienne et biblique, le Très-Haut déchaîne tempête et déluge afin de purger le monde de sa perversité et de sa corruption.

HRM-BTEDEN
Cette présentation des lignes énigmatiques de la Genèse 6 apparaît d'emblée comme une avancée majeure dans leur interprétation, et c'est ainsi que la regardèrent un grand nombre de biblistes jusqu'au Moyen Âge. Supprimant la notion d'anges déchus, elle invalidait le récit convaincant et combien déconcertant de la chute des Veilleurs, contenu dans le Livre d'Énoch. Point d'anges déchus et point de vérité dans le Livre d'Énoch : telle était la philosophie de ceux qui accordaient foi au récit des Filles de Caïn allant voir les Fils de Seth. L'ancien texte devenait facile à démolir pour peu que le nouveau, l'histoire de la Caverne aux Trésors, fût reconnu comme émanant de Dieu. Malheureusement, les premiers Pères de l'Église, membres de l'Église syrienne pour la plupart, négligèrent un détail. Le Livre de la Caverne aux Trésors, comme on l'appela, avait été composé presque entièrement par Julius Africanus (200-245), auteur chrétien guidé davantage par son ignorance que par un dessein particulier. Ayant observé que le terme élohim était utilisé, dans l'Ancien Testament comme dans des ouvrages apocryphes, avec le sens de « souverains étrangers  » ou de « juges », il en avait conclu que les bene ha-élohim, les Fils des Élohim, n'étaient autres que les premiers patriarches, les descendants de Seth le troisième fils d'Adam  terme bene ha-élohim était également utilisé pour désigner les êtres célestes, ou anges. Malgré les défauts évidents de ce texte, les premiers Pères de l'Église adoptèrent promptement le concept d'Africanus concernant la chute des Fils de Dieu et l'instituèrent seule interprétation vraie et authentique du texte de la Genèse. Cela n'empêcha pas toutefois que se répandent des récits fantaisistes sur les anges déchus. L'histoire des Filles de Caïn qui allaient voir les Fils de Seth fut très souvent associée à d'autres éléments relatifs à la chute des Veilleurs, empruntés directement ou indirectement au Livre d'Énoch. Un bon exemple en est fourni par le SUITE DANS LE LIVRE
HRM-BTJEDEN

Site Sécurisé par Monext - Payline - Orange   HIGH SECURITY pour la partie e-commerce - SSL2 RC4-TLS1 pour le Jardin des Livres - Verisign certifie la page Payline garantie PCI DSS de VISA et Mastercard sur audits mensuels de 259 points de sécurité.

PAR THEMES :
  Anges et anges gardiens
  Apparitions de la Vierge
  Au-delà
  Howard Bloom
  Climat
  Documents bibliques
  Economie
  Enoch
  Frontières de la mort
  Génétique
  Histoire des religions
  Oeuvres intégrales
  La Vie du Christ
  Mika Waltari
  Pierre Jovanovic
  Mysticisme
  Mythologie
  Nag Hammadi
  Réincarnation
  Romans surnaturels
  Santé
  Saints et Prières
  Sumer
  I. Velikovsky
  Vie après la mort
  I. Velikovsky
  H. J. Zillmer

  Les Nouveautés
  Vidéos YouTube
  Catalogue Gratuit
  Facebook
  Twitter




Extreme Money

HRM-BUEXTREME



La crise financiere de 1789-1799
HRM-BUCRISE1789




l'or des fous
HRM-BUORDESFOUS




Cliquez ici pour Le Retour au Standard Or
HRM-BUSTANDARDOR




Cliquez ici pour Enquete loi du 3 janvier
HRM-BUTROIS1973




Cliquez ici pour L'Effondrement du Dollar et de l'Euro et comment en profiter
HRM-BUDOLLAR




Cliquez ici pour Et si la maladie...
HRM-BUMALADIE



Cliquez ici pour Voir Paris et Mourir
HRM-BUVOIRPARIS




Cliquez ici pour les Photos de Fatima
HRM-BUFOTOS




Cliquez ici pour Dernieres Paroles
HRM-BULDPC



Cliquez ici pour Therese Neumann
HRM-BUNEUMANN




Cliquez ici pour LE LIVRE MYSTERIEUX DE L'AU-DELA
HRM-BULIVREMYS



Cliquez ici pour A LA RECHERCHE DU JARDIN D'EDEN
HRM-BUJEDEN



Cliquez ici pour LA RACE DE LA GENESE
HRM-BURACEGEN



Cliquez ici pour HIVER COSMIQUE
HRM-BUHIVERCOS



Cliquez ici pour le Code du Parthenon
HRM-BUCODE



Cliquez ici pour LE GRAND DEREGLEMENT DU CLIMAT
HRM-BUCLIMAT




Cliquez ici pour LES PONTS
HRM-BUPONTS



Cliquez ici pour SAINT JUDE
HRM-BUJUDE




Cliquez ici pour ATHENA
HRM-BUATHENA



Cliquez ici pour DERRIERE LES PORTES DE LA LUMIERE
HRM-BUPORTES




Cliquez ici pour LA MACHINE POUR PARLER AVEC L'AU DELA
HRM-BUMACHINE




Cliquez ici pour LE DICTIONNAIRE DES ANGES
HRM-BUDICOANGE




Cliquez ici pour RAS LE BOL
HRM-BURLB



Cliquez ici pour Journees dans l'au dela...
HRM-BUJOURNEES



Cliquez ici pour SOUVENIRS DE L'AU-DELA
HRM-BUSOUV



Cliquez ici pour LA VIERGE DE L'EGYPTE
HRM-BUVIERGEGY



Cliquez ici  pour LA VIERGE DU MEXIQUE
HRM-BUVIERGMEX


skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres
pour mise en contact aux heures d'ouverture


cliquez

Signalez ce site ou cette page à un ami ( cliquez ici )

Livraison express par Colissimo France et International.

S i t e   S é c u r i s é   p a r  :

P a y L i n e - Orange   HIGH SECURITY pour la partie e-commerce, et
S S L 2 - RC4-TLS1 sur le Jardin des Livres et
Monext-Payline est certifié PCI DSS de VISA et Mastercard, accordée par un organisme indépendant avec audits mensuels sur 259 points de contrôles sécuritaires. Payline sécurise aussi le site d'Orange, TF1, Monnaie de Paris, PMU. Monext-Payline est certifié PCI DSS de VISA et Mastercard, accordée par un organisme indépendant avec audits mensuels sur 259 points de contrôles sécuritaires.

Pour nous téléphoner: (33) 01 44 09 08 78
Pour nous écrire:  

lire dans un fauteuil
payline hermes
payline orange

verisign

recevoir le catalogue

catalogue gratuit




©   E d i t i o n s   L e   J a r d i n   d e s   L i v r e s   ®   2 0 0 1   -   2 0 1 4

243 Bis   Boulevard Pereire,   Paris 75827 Cedex 17   France   -   Tel: (33) 01 44 09 08 78
ouvert de 10h à 12h et de 15h à 18h du lundi au vendredi sauf jours feriés

Metro: Argentine ou Porte Maillot
(Argentine: descendre la rue Blumel et à gauche sur le Blvd Pereire)
(Porte Maillot: sortie "Av Grande Armée", puis Blvd Pereire)
RER C: Porte Maillot (à 30 secondes de la station)
Bus: 92 - 93 - 94 - 73 - 43 - 82 - PC1 - PC3 - 244

Site enregistré C.N.I.L. No 1220886
S i t e   S é c u r i s é   p a r  :
M o n e x t - P a y L i n e - O r a n g e   HIGH SECURITY pour la partie e-commerce
S S L 2 RC4-TLS1   pour le Jardin des Livres
V e r i s i g n   certifie la page Payline.
Monext-Payline est certifié VISA et Mastercard.
Conditions Générales de Vente - références et bibliographies: ndbp - auteurs

skype jardindeslivres

Via Skype: jardindeslivres mise en contact aux heures d'ouverture

soyez informe de toutes les nouveautes     verisign     geotrust         gandi ssl

twitter jardin des livres        

le jardin des livres

Tue Jun 10 2014 at 3:32:25pm

editions, jardin, livres, gillian tett, blythe masters, antal fekete, james turk, anges gardiens, newton, enoch, manuscrit, pere brune, mika waltari, melvin morse, bouflet, velikovsky, zillmer, henoch, ange gabriel, howard storm, vie apres la mort, fatima, secret, NDE, EFM, pdf gratuits, telechargement, vierge, howard bloom, jardin d'eden, fatima, troisieme secret de fatima, darwin, pierre jovanovic, 777, dictionnaire, uriel, davidson, collins, newton, reincarnation, nag hammadi, saint jude, manuscrits de la mer morte, milik